«Un e-franc serait très bon pour l'économie»

CryptomonnaiesLe président du groupe financier SIX déclare, dans le Financial Times, que la BNS devrait lancer sa propre cryptomonnaie.

Banque nationale suisse.

Banque nationale suisse. Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse (BNS) devrait lancer sa propre cryptomonnaie, selon le président du groupe financier SIX. L'opérateur de la Bourse suisse reste toutefois méfiant vis-à-vis du bitcoin et de ses homologues.

«Un e-franc sous le contrôle de la banque centrale créerait de nombreuses synergies, ce serait très bon pour l'économie», a déclaré Romeo Lacher dans une interview au Financial Times. L'e-franc apporterait un soutien au commerce local, car il doperait le recours aux paiements électroniques, a assuré Romeo Lacher dans l'article publié lundi.

Les exemples de cryptomonnaies étatiques sont rares pour l'instant. La banque centrale de Suède, la Riksbank, fait figure de pionnière et doit introduire prochainement sa «e-couronne». La BNS défend une position plus conservatrice sur cette question. Sollicitée par le quotidien britannique, elle a indiqué qu'il n'y avait actuellement pas besoin d'une telle cryptomonnaie.

Le président de SIX rappelle les déclarations récentes du conseiller fédéral et ministre de l'Economie Johann Schneider-Ammann, pour qui la Suisse doit devenir une «crypto-nation». L'Ethereum, deuxième plus importante cryptomonnaie au monde après le bitcoin, a été lancée par une société helvétique.

Le secteur privé, un «far west»

La multiplication des levées de fonds basées sur la technologie blockchain, ou ICO («initial coins offerings»), suscite toutefois des craintes auprès de Romeo Lacher. «Jusqu'à très récemment, la valeur des cryptomonnaies n'a connu qu'une direction, vers le haut.

Lorsque le premier effondrement d'ICO sera intervenu, le marché se sera brûlé les doigts», soutient-il.

Un tel scénario entraînerait un regain de prudence dans ce domaine, contexte défavorable au lancement de cryptomonnaies par les banques centrales. Cela reviendrait à laisser le contrôle de ces instruments au secteur privé, le «far west», avertit le dirigeant.

SIX ne compte d'ailleurs pas changer de politique au sujet du bitcoin et de ses homologues. «Nous n'avons actuellement aucun plan visant à permettre le négoce de cryptomonnaies ou d'ICO», affirme Romeo Lacher. Ce dernier souligne toutefois que la technologie blockchain, qui sert de base aux devises électroniques susmentionnées, dispose d'un important potentiel pour les activités du groupe financier.

SIX Group est détenu par de nombreuses banques suisses et étrangères. La société zurichoise exploite la Bourse suisse, mais fournit également une série de services qui vont des paiements électroniques aux informations financières. (ats/nxp)

Créé: 26.02.2018, 09h25

Articles en relation

Telegram lève 850 millions de dollars

Cryptomonnaies L'application sécurisée a procédé à une levée de fonds pour, selon les experts, développer sa propre cryptomonnaie. Plus...

Cryptomonnaie: alerte aux logiciels malveillants

Internet Des experts en cybersécurité mettent en garde contre un logiciel qui a infecté des milliers d'ordinateurs pour créer et extraire des cryptomonnaies. Plus...

Cryptomonnaie: des risques de tout perdre

Europe Les autorités européennes de surveillance mettent une nouvelle fois en garde contre les monnaies virtuelles. Ce sont des produits très risqués et dérégulés. Plus...

Le bitcoin chute de 50% sous son pic de décembre

Marchés La cryptomonnaie s'échangeait à moins de 10'000 francs, mercredi matin, soit deux fois moins que sa valeur le 17 décembre. Plus...

Mise en garde de la FINMA contre les fraudeurs

Monnaie virtuelle L'Autorité de surveillance des marchés financiers va faire la guerre aux faux projets de cryptomonnaie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...