L’eldorado londonien attire les start­-up suisses

CleantechLa taille du marché anglais et les capacités financières de la City font de ce pays un lieu de prospection privilégié

Accompagnées de la conseillère fédérale Doris Leuthard, six start-up ont présenté à Londres leur production et leurs projets lors de la conférence Cleantech Innovative.

Accompagnées de la conseillère fédérale Doris Leuthard, six start-up ont présenté à Londres leur production et leurs projets lors de la conférence Cleantech Innovative. Image: Barbara Gindl

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Royaume-­Uni attire plus que jamais les start­-up spécialisées dans la branche des cleantechs. Jeudi, six jeunes pousses suisses ont présenté à Londres leur production et leurs projets lors de la conférence Cleantech Innovative, co­sponsorisée par l’Office fédéral de l’énergie.

Elles étaient accompagnées d’un porte­-drapeau de choix: la conseillère fédérale Doris Leuthard. «Je suis désolée de vous le dire, mais vos habitations sont très mal isolées, a-­t­- elle assené devant un vaste auditoire d’entrepreneurs et d’investisseurs. Or la Suisse possède la technologie pour limiter de tels gaspillages énergétiques. En tant qu’acheteur, vous y êtes les bienvenus!»

S’étendre en Angleterre

Derrière le ton humoristique de la conseillère fédérale se cache un message clair: la Suisse s’est mondialement illustrée dans les cleantechs et ses entrepreneurs entendent opérer au Royaume-­Uni. ABB Sécheron a d’ailleurs déjà marqué le pays d’une croix rouge. «Nos bus électriques reliant Cointrin à Palexpo sont particulièrement utiles dans des villes congestionnées, très peuplées et victimes d’émissions de CO2 importantes, indique Bruce Warner, l’un de ses responsables. Ils sont donc parfaitement adaptés aux villes britanniques.»

Même constat pour Climeworks, une jeune pousse qui capture et réutilise le CO2 présent dans l’air. «Nous regardons partout, mais la similitude de nos standards légaux et techniques facilite nos démarches en Grande-Bretagne, assure son fondateur et directeur Jan Wurzbacher. Sans parler du fait que la taille du marché est intéressante.»

Trouver des capitaux

Le Royaume-­Uni dispose d’un attrait supplémentaire majeur sur ses voisins européens: la capacité financière de la City. «Nous sommes ici pour trouver des capitaux, non pour se faire une place sur le marché local puisque les radiations solaires n’y sont pas assez fortes», sourit Ilaria Besozzi, la directrice du développement de l’entreprise tessinoise Airlight Energy. Spécialisée dans la production et la capture d’énergie solaire, la société possède déjà une centrale en activité dans le désert marocain.

Pour InnovaRadio, dont la technologie réduit la consommation d’énergie des antennes­-relais de téléphonie mobile, l’intérêt est similaire. «Nous ne sommes ici que pour trouver des investisseurs pour réaliser la deuxième génération de notre prototype, admet Mahmud Samandari, son président. Ils peuvent aussi bien être privés que publics. L’Etat suisse ne nous a d’ailleurs versé qu’une petite aide.»

«L’Etat ne peut pas tout faire», réplique la conseillère fédérale tout en ajoutant que, grâce au réseau et plates-formes suisses à l’étranger, l’Etat encourage les entrepreneurs à trouver des investisseurs désireux de prendre des risques. «Ce qui n’est pas notre fort», conclut Doris Leuthard.

Créé: 11.02.2016, 21h31

Articles en relation

Une start-up lémanique s'attaque aux pollens grâce au laser

Nouvelles technologies Domiciliée à Genève, Plair SA a séduit un institut de recherche catalan juste après un séminaire à l'EPFL. Plus...

La tuile écolo qui fabrique de l’énergie en catimini

Intérieur-extérieur La start-up suisse Panotron produit une tuile photovoltaïque. Performante, discrète, mais pas donnée. Plus...

Nouveau site et nouvelle app, la start-up Skioo entame son super-G

Ski Fondée en 2012, la société lausannoise s’illustre par son système d’accès facilité aux stations partenaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...