Compagnies aériennes cherchent 500'000 pilotes

AéronautiqueD'ici 2032, il faudra embaucher 498'000 nouveaux pilotes d'avion afin d'accompagner les livraisons d'appareils prévues. C'est ce qu'estime une étude du constructeur Boeing. Seule l'Europe voit ses besoins à la baisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décrue du trafic aérien n'est pas pour demain. D'ici 2032, les besoins en main d’œuvre dans le domaine du transport aérien devraient exploser, selon une étude publiée en fin de semaine dernière par le constructeur aérien Boeing.

Le «2013 Pilot and Technician Outlook» définit les besoins en personnel aéronautique estimés pour les deux décennies à venir. Et le chiffre concernant les commandants de bord a de quoi donner le tournis: 498'000 nouveaux pilotes seront nécessaires pour accompagner les livraisons d'avions prévues d'ici à 2032.

35'000 nouveaux appareils attendus

Alors que la flotte mondiale devrait doubler d'ici vingt ans (35'000 nouveaux aéronefs, selon une estimation Boeing au moment du salon aéronautique du Bourget en juin dernier, tandis qu'Airbus allait plus loin avec 40'000 nouveaux appareils), les besoins des compagnies aériennes mondiales devraient augmenter dans le monde entier dans les mêmes proportions: 556'000 nouveaux postes de techniciens seront requis dans la branche aéronautique.

Pour Sherry Carbary, vice-présidente de Boeing Flight Services, «la demande urgente en personnel aéronautique compétent représente un problème mondial très concret. Pour combler le manque de pilotes et de techniciens que connaît notre industrie, il est indispensable d'améliorer notre formation en utilisant les technologies les plus sophistiquées afin de séduire et de fidéliser les jeunes attirés par les carrières aéronautiques».

Des avions moins réparables

Afin de répondre à la demande, il va falloir disposer de 25'000 nouveaux pilotes et de 28'000 nouveaux techniciens par an sur les deux décennies à venir. Pour les pilotes, c'est la demande en appareils (surtout les monocouloirs) qui devrait tirer la demande vers le haut.

Pour les techniciens, la donne est différente: le renouvellement accéléré du parc aéronautique et le fait que les nouveaux appareils soient moins «réparables» que leurs prédécesseurs devrait freiner le rythme d'embauche des techniciens: 28'000 spécialistes «seulement» seront nécessaires chaque année d'ici 2032.

Seule l'Europe voit ses besoins révisés à la baisse

Au niveau géographique, seule l'Europe voit ses perspectives révisées (légèrement) à la baisse. Toutes les autres régions du monde voient le nombre de pilotes croître sensiblement par rapport aux prévisions des années précédentes.

La rentabilisation maximisée des appareils pousse ce recrutement. Au-delà des compagnies low cost qui font voler les appareils le plus possible, même les compagnies classiques ne veulent pas laisser les avions sur le tarmac des aéroports. Ainsi, Singapore Airlines, l'une des premières compagnies mondiales, a besoin de huit à douze équipages de deux pilotes, pour chacun de ses appareils long-courrier.

Repenser la formation

Recrutement et formation s'annoncent donc comme deux défis essentiels dans les années à venir. «Il s'agit d'un problème mondial que seules l'innovation et des solutions déployées dans l'ensemble de l'industrie permettront de résoudre», ajoute Sherry Carbary.

Selon la n°2 de Boeing Flight Services, il va falloir «attirer davantage de jeunes vers les carrières aéronautiques en recherchant en permanence des moyens innovants pour former les pilotes et les techniciens, par exemple en abandonnant progressivement l'apprentissage classique basé sur le papier et le tableau noir au bénéfice d'outils actuels tels que les tablettes, les eBooks, les jeux et les solutions en 3D. L'aviation est un domaine passionnant, et notre devoir est d'en faire un secteur professionnel viable pour que la jeunesse du monde entier y fasse carrière».

Un défi confirmé par le concurrent européen Airbus, selon qui« il sera tout à fait possible de former ces nouveaux pilotes, mais il faut s'y atteler» dans les plus brefs délais.

Géographiquement, l'étude Boeing répartit les besoins en pilotes par continent comme suit.

Et les besoins en techniciens par continent selon la répartition suivante.

Créé: 03.09.2013, 10h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.