Un monde du travail encore hostile aux sourds

SociétéLes personnes sourdes doivent redoubler d’efforts pour trouver un emploi.

De gauche à droite, M. Palama et M. Mateus tous deux sourds et travaillant malgré leur handicap.

De gauche à droite, M. Palama et M. Mateus tous deux sourds et travaillant malgré leur handicap. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À quoi ressemble la vie professionnelle lorsqu’on est sourd? En Suisse, la surdité n’est pas considérée comme un handicap. En théorie, les personnes qui en sont atteintes devraient donc travailler. Mais en réalité, nombreuses sont les embûches sur leur parcours professionnel. Un véritable parcours du combattant se présente et ce, dès le plus jeune âge.

La première difficulté consiste en l’apprentissage de la lecture. En effet, les personnes sourdes ne peuvent entendre le son des lettres. En général, les enfants atteints de surdité apprennent la langue des signes, une langue à part entière, avec sa propre grammaire, son vocabulaire et sa culture. Selon l’association S5, le taux d'illettrisme touche 80% des sourds.

Steve Mateus, 25 ans, en formation et sourd de naissance, a mis plus de vingt ans à apprendre à lire des textes et sur les lèvres avec l’aide d’une logopédiste. «Je me suis mis à lire pour comprendre et compenser ma frustration dans les difficultés que je rencontrais», explique-t-il.

Penser que lire sur les lèvres représente le remède miracle de la communication s’avère complètement faux. «Avec la lecture labiale, on peut comprendre environ 30% du contenu. Le reste, nous devons le déduire du contexte, explique Steve Mateus. Certains mots se prononcent exactement pareil, comme bain et pain. Impossible pour nous de faire la distinction.»

Apprentissage favorisé

Une fois l’école obligatoire terminée vient le choix de la formation. Et c’est là que tout se complique. Le plus souvent, l’assurance invalidité (AI) pousse les jeunes sourds vers un apprentissage car cela débouche plus rapidement sur un métier concret. Ils doivent alors batailler pour suivre des études qui correspondent à leurs aspirations et compétences.

«À l’époque, les sourds travaillaient principalement dans des métiers manuels où la communication est limitée», indique Sandrine Burger, porte-parole de la Fédération suisse des sourds.

Philippe Palama, 52 ans, cordonnier et sourd de naissance, tient son propre atelier aux Eaux-Vives. «J’ai eu la chance d’avoir un maître d’apprentissage qui faisait des efforts pour que je le comprenne. J’ai quand même dû rester tous les soirs pour faire des rattrapages et assimiler ce que je n’avais pas appris durant la journée», avoue-t-il. Steve Mateus a suivi une formation de caviste. Son CFC en poche, il a cherché durant trois ans un emploi. En vain.

Difficile réorientation

En théorie, les sourds peuvent choisir librement leur orientation professionnelle. Dans les faits, cela se passe autrement.

«Avant, tous les sourds travaillaient, mais avec le déclin des métiers manuels, cela devient plus compliqué de trouver un emploi», explique Sandrine Burger. Alors que le taux de chômage atteint les 9% au sein de cette population, certains ont pensé à se reconvertir. Mais ils se sont heurtés aux règlements de l’AI. «Après mon CFC, j’ai demandé à l’AI de financer un interprète pour suivre le bachelor en œnologie. Elle a refusé. Aujourd’hui, je me suis réorienté, sans aide sociale. Je vais terminer mon cursus de formateur en langue des signes», indique Steve Mateus.

En effet, l’assurance invalidité finance un interprète pour une seule formation et entre en matière pour une seconde seulement si «le perfectionnement professionnel doit permettre à l’assuré de maintenir ou d’améliorer sa capacité de gain», explique Jean-David Curchod, responsable de la communication de l’Office cantonal des assurances sociales. Il s’agit donc essentiellement d’une question de revenu.

Dix heures de traduction

Mais sur quels éléments l’assurance invalidité se base-t-elle pour accepter ou refuser les demandes? «Il n’y a aucun critère d’exclusion spécifique aux personnes sourdes. Comme toutes les situations de réadaptation professionnelle, il s’agit d’une analyse au cas par cas», commente Jean-David Curchod.

L’AI assure aussi avoir développé un réseau d’employeurs prêts à engager des personnes sourdes, soit par le biais du placement à l’essai, soit par l’allocation d’initiation au travail. «En plus de ces mesures, et plus particulièrement pour les personnes sourdes, nous mandatons un coach spécialisé durant les stages ou au début du contrat de travail pour favoriser le bon déroulement de l’intégration», indique le responsable de la communication.

D’ailleurs, dans le cadre de son travail, une personne sourde peut demander à l’assurance invalidité les services d’un interprète à raison de 1763 francs par mois. Ce qui équivaut à une dizaine d’heures de traduction. «Nous sommes conscients que dans certaines situations, les besoins en interprétariat peuvent être supérieurs», reconnaît Jean-David Curchod. Cependant, aucune modification du cadre légal n’est envisagée. Les personnes sourdes qui nécessitent plus de dix heures d’interprétariat devront continuer à les payer de leur poche.

Trouver un emploi

La formation terminée, encore faut-il trouver un employeur. «Le principal obstacle que rencontrent les sourds est l’ignorance», signale Sandrine Bruger. Aujourd’hui, bien qu’il existe plusieurs moyens simples et concrets pour pallier la surdité au travail, les employeurs restent frileux, craignant des difficultés de communication. «Un sourd ne peut pas répondre au téléphone mais est tout à fait capable de communiquer par mail. Une fois cela intégré par les collaborateurs, il n’y a plus de problème», indique Steve Mateus. Philippe Palama a eu la chance que les choses se passent différemment. «J’ai repris l’atelier de mon père et suis devenu mon propre patron. Je n’ai donc pas rencontré de difficultés dans ma recherche d’emploi.» À l’instar de ce cordonnier, certains arrivent donc à tirer leur épingle du jeu malgré les difficultés.


Des employeurs conquis

À Genève, plusieurs entreprises emploient des personnes sourdes. Le bilan est largement positif et très loin des a priori. «Les sourds possèdent une capacité de concentration très élevée et ont des compétences visuelles plus développées que la moyenne des gens», révèle Sandrine Burger.

Serge Grond, directeur opérationnel chez Schneider Sanitaires, a sauté le pas et engagé un plombier sourd en 2012. «Je n’ai jamais eu de problème. J’ai toujours été très satisfait.» La seule adaptation qu’il a dû mettre en place est l’interprète qui vient traduire les séances techniques deux fois par an.

«Ce collaborateur sourd a appris la langue des signes aux chefs qui travaillent avec lui. S’il faut lui demander quelque chose, nous communiquons par SMS. Cette personne est intelligente, motivée et exécute du très bon boulot», avoue le directeur.

Même son de cloche du côté de l’EMS des Mouilles, à Lancy. «Nous avons engagé une infirmière sourde, non pas à cause de son handicap, mais parce qu’elle possède un savoir-être très recherché», déclare Pascale Covin, infirmière responsable des soins. L’EMS n’a pas eu besoin de se doter d’aménagements spéciaux. Cette collaboratrice est d’autant plus appréciée qu’elle entretient un rapport particulier avec les personnes âgées et malentendantes.

La langue des signes devient un moyen privilégié pour communiquer avec certains pensionnaires. «Elle se révèle un véritable atout et nous sommes très heureux de la compter dans l’équipe de soin. Avec ses collègues, elle a réussi à développer une complémentarité exemplaire», déclare l’infirmière. Pascale Covin et Serge Grond sont prêts à retenter l’expérience avec d’autres personnes sourdes, du moment qu’elles remplissent le cahier des charges demandé. V.G.

Créé: 06.12.2019, 07h09

L'essentiel

Formation Les sourds sont davantage dirigés vers l’apprentissage que vers l’université.

Adaptation Le déclin des métiers manuels rend difficile la recherche d’emploi.

Témoignage Des patrons qui ont engagé des sourds s’en disent ravis.

En chiffres

Environ 500 personnes sourdes vivent à Genève. En Suisse, 10000 personnes sont atteintes de surdité ou malentendantes. Ce chiffre a tendance à augmenter au vu de la population vieillissante, mais aussi en raison des jeunes qui perdent de plus en plus tôt l’ouïe. Cette statistique doit sans doute être réévaluée à la hausse car elle ne tient pas compte de toutes les personnes qui souffrent de ce problème d’audition mais n’osent pas consulter. V.G.

Articles en relation

Greta Thunberg, signe de l'année pour les sourds suisses

Langue La Fédération suisse des sourds a fait entrer la jeune militante du climat suédoise dans son lexique. Plus...

Les sourds veulent être reconnus comme minorité linguistique

Handicap La Fédération suisse des sourds exige une reconnaissance juridique de la langue des signes. L’objectif est, à terme, de mieux inclure les personnes malentendantes dans la société. Plus...

Sirènes d'alarme: les sourds ont enfin été entendus

Vaud L'essai annuel des sirènes a lieu ce mercredi 6 février. L'occasion de rappeler qu'une application pour smartphone, créée récemment, diffuse aussi ces alertes. Plus...

Les sourds dénoncent des inégalités flagrantes

Société La Fédération suisse des sourds s’alarme après une augmentation de presque 50% des actes discriminatoires envers les personnes sourdes et malentendantes en 2018. Plus...

Les sourds ont désormais une chaîne YouTube sur la sexualité

Suisse Les vidéos de l’association Dans ton slip! abordent avec humour et en langue des signes des thèmes en dessous de la ceinture. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 29 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...