Passer au contenu principal

Canton de VaudLes employés de Nestlé acceptent le plan social

Le personnel de la multinationale a préféré renoncer à une incertaine bataille judiciaire concernant la suppression de 450 postes.

Nestlé va supprimer 450 postes de son centre informatique disséminé entre Lausanne, Bussigny et Vevey.
Nestlé va supprimer 450 postes de son centre informatique disséminé entre Lausanne, Bussigny et Vevey.
Keystone

Le personnel du secteur informatique de Nestlé en Suisse romande s'est résigné à accepter le plan social de la multinationale, au sujet des 450 suppressions de poste dans le canton de Vaud. Un choix en partie dicté par «la peur», a regretté la commission du personnel.

««Trop d'incertitudes»

«Cela ne concerne pas tout le monde mais, derrière cette acceptation, se cache entre autres la peur que la direction a su entretenir depuis le début des négociations», a relevé vendredi Natasha Recchia, l'une des représentantes du personnel, contactée par Keystone-ATS.

Selon elle, plusieurs personnes licenciées ont estimé que ce plan social n'était déjà «pas si mal», et qu'il y avait «trop d'incertitudes» à poursuivre le combat devant un tribunal arbitral. Du coup, le plan social a été accepté par près de 90% des 465 votants, soit un taux de participation de 92%.

«Particulièrement défavorable»

«Ce plan n'est pas généreux pour une compagnie qui génère autant d'argent», a estimé Mme Recchia. Elle a expliqué que le plan de Nestlé était particulièrement défavorable pour certaines catégories de personnes, «comme les parents divorcés ou les employés travaillant dans un secteur de niche», a-t-elle relevé.

«Nous n'avons pas le sentiment d'avoir négocié, mais d'avoir arraché quelques concessions sociales, malheureusement insuffisantes pour nombre d'employés», a résumé la commission du personnel dans un communiqué.

Fin mai, Nestlé avait annoncé vouloir supprimer quelque 500 postes de son centre informatique disséminé entre Lausanne, Bussigny et Vevey, parallèlement au développement de son «hub» informatique créé en 2016 à Barcelone. A la fin août, le géant de l'agro-alimentaire avait accepté de réduire le nombre de suppressions à 450 et de maintenir donc 150 des 600 postes vaudois actuels.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.