Les employés de Switcher sont fixés sur leur sort

EconomieL’Office des faillites lausannois a réuni, ce matin, les employés licenciés.

Les serrures des locaux de la marque à la baleine ont été changées ce matin.

Les serrures des locaux de la marque à la baleine ont été changées ce matin. Image: EBZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ambiance fin du monde, ce matin, chez Switcher, au Mont-sur-Lausanne. Quelques jours après la faillite de la marque à la baleine officiellement déclarée au Tribunal d’arrondissement de Lausanne, la quarantaine d'employés ont rencontré une délégation de l'Etat (Office des faillites, caisse d'insolvabilité et caisses de chômage) venue leur expliquer ce que serait la suite du dossier.

Peu avant la rencontre, on oscillait entre choc et soulagement. «Après deux mois dans l'inconnu, on va enfin pouvoir tourner la page», soupirait un employé. «Je n'arrive toujours pas à y croire. Quel fiasco», déplorait l'un de ses collègues. «Ils sont même en train de changer les serrures», relevait un autre employé.

Durant la séance - fermée à la presse -, un serrurier s'attelait en effet à changer les cylindres sur la porte d'entrée. Une bonne nouvelle, semble-t-il, puisque les employés, qui n'ont pas été payés depuis avril, devraient bénéficier de la liquidation des actifs de Switcher SA, dont le stock. De son côté, le fonds cantonal en cas d’insolvabilité prendra en charge un montant qui avoisine les 400 000 francs afin de couvrir ces deux mois.

Selon nos informations, l'Office des faillites a indiqué aux employés qu'ils seraient payés, à hauteur de 70%, d'ici au vendredi 10 juin. Le reste, dans un second temps. «Dans ce genre de situations, les conséquences sont douloureuses pour les budgets des familles, dont certaines risquent la précarité», relevait de son côté Yves Defferrard, secrétaire régional Unia, qui tenait à rappeler, au passage, que c'est la collectivité publique qui réglait la douloureuse. Et le syndicaliste de préciser encore qu'Unia soutient collectivement les salariés «dans des démarches administratives longues et fastidieuses».

Créé: 30.05.2016, 12h11

Articles en relation

Switcher est en faillite, mais des projets naissent

Economie La justice a tranché jeudi: la société du Mont-sur-Lausanne est morte. Des investisseurs pourraient soutenir une nouvelle entité Plus...

Une lutte intestine ronge Switcher

Economie Sous le feu de la critique alors que la société est au plus mal, un membre de la famille indienne qui détient Switcher a décidé de parler. Plus...

L’emblématique Switcher ne paie plus ses employés

Economie Les salaires n’ont pas été versés le mois dernier, les fournisseurs ne sont plus payés. Le directeur a quitté la société et les patrons indiens, eux, ne donnent plus signe de vie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.