«Les enjeux ne se limitent pas à l’amende du Credit Suisse»

AnalyseLe Credit Suisse devrait écoper aux États-Unis, d’un moment à l’autre, d’une forte amende. Le suspense devient torride.

Stéphane Garelli est professeur à l’International Institute for Management Development et à l’Université de Lausanne.

Stéphane Garelli est professeur à l’International Institute for Management Development et à l’Université de Lausanne. Image: Sabine Papilloud / Cyberphoto

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Credit Suisse devrait écoper aux États-Unis, d’un moment à l’autre, d’une forte amende. Toute la place financière suisse attend d’en connaître le montant. Un milliard de francs? Deux milliards, voire plus ? «Les enjeux les plus significatifs ne se limitent cependant pas à cette somme.», prévient Stéphane Garelli, professeur à l’International Institute for Management Development et à l’Université de Lausanne.

Il est vrai que treize autres établissements suisses se trouvent dans une situation quelque peu similaire à celle du Credit Suisse, dont le groupe genevois Pictet & Cie, les banques cantonales zurichoise et bâloise ou la société zurichoise Julius Baer Group Ltd. Ces entreprises négocient chacune de leur côté des accords extrajudiciaires, avec des amendes et des aveux. Leur objectif majeur consiste à échapper à une action pénale. Entretien.

- 24 heures: L’impact de l’amende, attendue à l’encontre de la deuxième banque suisse aux Etats-Unis, s’étendra-t-il à toute la place financière helvétique?
- Stéphane Garelli: La place financière suisse préférerait subir aujourd’hui le préjudice d’une sanction lourde que celui d’une incertitude prolongée. Encore faut-il savoir s’il s’agira d’amendes pour solde de tout compte. Deuxième question fondamentale: le Credit Suisse ou d’autres banques se pourvoiront-elles en appel ? Dans ce contexte, chaque banque sera traitée différemment, mais sans complaisance. Le message des autorités américaines paraît en effet clair : elles iront aussi loin que possible financièrement.

- Les autorités américaines ne devraient-elles dès lors rencontrer aucun adversaire dans leur croisade contre les banques suisses présumées complices de d’évasion fiscale?
- Pas sûr! Aux États-Unis, des avocats de clients américains de banques suisse s’apprêtent à faire valoir que les accords bilatéraux américano-suisses, en cours d’élaboration, nécessitent l’approbation du sénat, comme c’est le cas pour la ratification de tout accord international. Les conseils de ces clients insisteront en outre sur des violations des règles de protection de la sphère privée commises au cours des procédures. Ces actions pourraient dès lors protéger des banques de certaines sanctions fixées au cours des négociations entre les autorités suisses et américaines.

Créé: 19.05.2014, 20h06

Articles en relation

Le Credit Suisse fixé sur son sort ce soir déjà?

Etats-Unis Le règlement du litige fiscal entre la banque helvétique et les Etats-Unis est imminent. Voici les sept questions explosives auxquelles devra répondre le Credit Suisse. Plus...

Le Credit Suisse va admettre avoir agi de façon «criminelle»

Etats-Unis Dans le cadre du litige fiscal avec les Etats-Unis, le Credit Suisse devrait signer un document où il admet avoir agi de façon «criminelle». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.