Une enquête de Reuters fait tousser Philip Morris

EconomieL’agence de presse dévoile la lutte acharnée du cigarettier américain contre la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

Les conclusions de la vaste enquête de Reuters détonnent
face au discours tenu actuellement par Philip Morris.

Les conclusions de la vaste enquête de Reuters détonnent face au discours tenu actuellement par Philip Morris. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis des mois, Philip Morris International (PMI) multiplie les actions pour vanter les nombreux mérites de sa nouvelle iQos. Au dire du cigarettier, cette fameuse cigarette électronique – où le tabac (inséré par tube) n’est plus brûlé mais chauffé – serait jusqu’à 90% moins nocive pour la santé qu’une cigarette normale.

Si certaines études indépendantes ont déjà remis en perspective certaines conclusions défendues par la multinationale au siège basé à Lausanne, il est impossible de contester que le groupe se prépare un nouvel avenir centré sur ce qu’il appelle des produits à risques réduits ou Reduced-Risk Products en anglais. Et pour ce faire, il a dépensé des montants colossaux en recherche et développement (R&D). Rien que pour l’iQos, on parle d’investissements à hauteur de 3 milliards de dollars et de plus de 1900 brevets déposés.

Un combat acharné

Les conclusions de la vaste enquête, présentées vendredi par l’agence de presse Reuters, détonnent donc totalement face au discours tenu actuellement par le fabricant de cigarettes. La consultation de milliers de documents, dont un grand nombre d’e-mails internes, adjoints à de nombreux témoignages de personnes proches de l’entreprise, montre que parallèlement au discours volontariste émis par la direction de Philip Morris, cette dernière mène un combat acharné contre la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT).

Signé en 2003 et entré en vigueur en 2005, ce traité compte 168 pays membres et comprend une conférence des parties organisée tous les deux ans. A cette occasion, des protocoles peuvent être proposés et adoptés en fonction de l’évolution du marché ou des diverses influences. Les recherches menées par Reuters sont en effet arrivées à la conclusion que Philip Morris – qui comme les autres géants du tabac n’est pas convié aux réunions de la CCLAT – y mène des campagnes secrètes pour bloquer ou du moins affaiblir les dispositions prises par l’organisation internationale. «Il s’agit certainement là de l’un des plus gros efforts de lobbying commis à ce jour par une entreprise», estime Reuters, parlant d’interventions aux quatre coins du monde, des champs de tabac jusqu’au cœur du pouvoir politique.

Tant lors de la Convention de Moscou en 2014 que l’année dernière à New Delhi, Philip Morris aurait déployé de larges équipes sur place. Dans la capitale russe, l’agence de presse mentionne notamment des échanges entre les agents du cigarettier américain et des membres de la délégation vietnamienne.

Un e-mail compromettant

Si les documents compilés ne fournissent pas d’explications précises sur la manière dont les employés de Philip Morris ont concrètement joué un rôle auprès de la CCLAT, un e-mail de Chris Koddermann, directeur des affaires réglementaires à Lausanne, prouve l’existence d’un contact, voire d’une forme d’influence. Ce dernier y félicitait en effet une équipe comprenant plus de trente personnes pour leur succès dans «la dilution, voire même le blocage de mesures visant à renforcer la lutte contre le tabac et la réduction des ventes de cigarettes».

En réaction, Philip Morris estime légitime de vouloir exprimer son point de vue aux décideurs. «Bien sûr, nous interagissons avec les gouvernements et partageons notre point de vue avec eux, comme n’importe quelle entreprise. Malgré certaines descriptions scénarisées, nos points de vue sur la réglementation du tabac sont loin d’être secrets et ce ne sont pas les interactions avec notre industrie qui empêchent un décideur d’agir de manière indépendante», répond un porte-parole de l’entreprise américaine. Philip Morris profite d’ailleurs de l’occasion pour relancer un appel à un dialogue plus ouvert à l’avenir entre tous les acteurs du tabac.

(24 heures)

Créé: 15.07.2017, 09h11

Paid Post

Prévoir pour vivre selon ses choix
vente/publireportage/Une-prevoyance-pour-vivre-selon-ses-propres-choix/story/17606836 Un nouveau-né sur deux atteindra 100 ans. Il faut donc prendre les devants. Par exemple avec un fonds de placement.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...