Bombardier remporte une victoire aux Etats-Unis

AéronautiqueLes Etats-Unis ne pourront pas appliquer aux CSeries de l'avionneur canadien les taxes faramineuses qu'ils lui réservaient.

Image prétexte

Image prétexte Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'avionneur canadien Bombardier a remporté une victoire juridique sur son concurrent américain Boeing et le gouvernement américain. Les taxes gigantesques sur les importations des avions CSeries ont été bloquées vendredi par une autorité indépendante.

Les membres de la commission américaine du commerce international (USITC) ont jugé à l'unanimité (4 voix contre 0) que les industriels américains, en l'occurrence l'avionneur Boeing, n'étaient pas affectés par le programme de l'avionneur canadien.

En décembre, le ministère américain du commerce avait, lui, estimé que les aéronefs canadiens, des appareils moyen-courriers de 100 à 150 sièges, bénéficiaient de subventions du gouvernement canadien et qu'ils étaient vendus en dessous de leur prix de fabrication.

Le gouvernement du président Donald Trump, qui se targue de vouloir protéger les entreprises et les travailleurs américains victimes de concurrence déloyale, avait alors fixé, d'une part, des droits devant compenser les subventions publiques (dits «compensateurs») à 212,39%, et, d'autre part, un taux anti-dumping à 79,82%.

Recours possible

Bombardier a immédiatement crié «victoire» après la décision de l'USITC, «pour l'innovation, la concurrence et la primauté de la loi». «C'est aussi une victoire pour les compagnies aériennes américaines et le public voyageur des Etats-Unis», a-t-il ainsi réagi.

«Nous allons poursuivre à plein régime notre projet CSeries, en se concentrant sur les besoins de nos compagnies aériennes clientes et en créant plus et de nouveaux emplois hautement qualifiés aux Etats-Unis», a réagi de son côté, le directeur général d'Airbus, Tom Enders. Concurrent historique de Boeing, l'avionneur européen a passé récemment un accord avec Bombardier pour la production des CSeries dans son usine américaine.

Boeing s'est dit de son côté «déçu» que l'USITC ne reconnaisse pas le préjudice dont il s'affirme victime. «Nous allons examiner l'avis de la commission un peu plus en profondeur au fur et à mesure que les détails seront publiés dans les prochains jours», a indiqué Boeing.

Le groupe de Chicago n'a pas précisé s'il allait faire appel de la décision de l'USITC, bien que deux recours soient encore possibles, auprès du tribunal du commerce de New York avant une ultime saisine de la cour d'appel fédérale de Washington. (ats/nxp)

Créé: 27.01.2018, 04h45

Articles en relation

Habile vendeur, Donald Trump rassure le business

WEF 2018 Le président américain a adouci son discours «America First» et n’a pas proféré de nouvelles menaces. Son public cible était clairement l’économie et ses électeurs. Plus...

Les nouveaux IC à deux étages introduits en 2018

Suisse L'introduction progressive des 62 rames de Bombardier commencera dès l'an prochain et s'étalera sur plusieurs années. Plus...

Face à Boeing, Bombardier s'allie à Airbus

Aéronautique Le groupe canadien, soumis à une forte pression par les Etats-Unis, a annoncé un partenariat avec l'avionneur européen dans les moyens-courriers. Plus...

Trump reçoit Trudeau dans un climat tendu

Etats-Unis Les deux dirigeants se sont entretenus au sujet de l'accord Aléna, sur fond de tensions à propos du dossier des avions de Bombardier. Plus...

Washington taxe les CSeries à 300%

Guerre commerciale Le département américain du commerce a relevé à 300% les taxes sur l'appareil de Bombardier. De quoi contenter Boeing ? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 12 novembre 2018
(Image: Valott) Plus...