Le salon EPHJ rejette déjà les avances de Baselworld

Foires horlogèresÀ Genève, le SIHH reste de son côté muet, trois jours après l’évocation d’une foire horlogère unique.

Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est peu dire que les propos du patron de la Foire horlogère de Bâle, mardi sur le site spécialisé WatchPro, ont mis en émoi le secteur. Michel Loris-Melikoff s’y dit ouvert à des tractations avec les deux autres manifestations genevoises du secteur: celle de la haute horlogerie – le SIHH, qui a lieu en janvier – ainsi que les 600 sous-traitants réunis en juin à l’EPHJ.

«L’industrie dans son intégralité pourrait se réunir à un moment donné – SIHH, Baselworld et la manifestation des fournisseurs EPHJ», a esquissé le directeur du salon bâlois, dont la société mère, MCH, est en difficulté financière.

«Ce salon est incompatible»

De là à imaginer une fête unique de l’horlogerie à Genève, il n’y a qu’un pas. Pas si vite. Fabienne Lupo, la directrice du SIHH, estimait jeudi «tout commentaire prématuré».

Accueil plus définitif du côté du salon EPHJ. «Il n’y a pas eu de discussion avec MCH, il n’y en aura pas», balaie-t-on dans l’entourage de la direction. «Notre salon est incompatible avec une manifestation rassemblant les marques horlogères – ces dernières sont alors concentrées sur leurs clients, n’ont pas de temps pour leurs fournisseurs», explique-t-on. Or les fournisseurs viennent à l’EPHJ pour rencontrer les horlogers et décrocher des commandes.

Cette réaction reflète également les griefs du passé. En 2012, le salon de la sous-traitance s’était fait sortir du Palais de Beaulieu lausannois par son nouveau propriétaire… le bâlois MCH.

Les arbitres? Rolex ou Patek

Ces avances de Baselworld «tombent de nulle part, le SIHH n’avait pas été prévenu; ils vont devoir en discuter», estiment deux sources dans l’entourage du salon genevois. Une remarque qui rappelle que les horlogers auront le dernier mot.

Ceux du conglomérat Richemont, qui peuplent le SIHH, les piliers de Baselworld que sont Rolex, le groupe LVMH – dont dépendent TAG Heuer ou Hublot –, mais aussi Patek Philippe, dont le patron indiquait en octobre à Reuters que la date de Baselworld «devrait être alignée avec celle du salon genevois». De son côté, Rolex se refusait jeudi à tout commentaire.

(24 heures)

Créé: 06.12.2018, 19h16

Articles en relation

Le nouveau patron de Baselworld confiant

Bâle Malgré les multiples défections de marques horlogères, le nouveau dirigeant de Baselworld, Michel Loris-Melikoff, rassure les adeptes de chronographes sur la pérennité de la foire. Plus...

Des PME vaudoises innovantes façonnent leur croissance à venir

Sous-traitance Le salon EPHJ-EPMT-SMT a fait étalage des technologies à même d’ouvrir d’importants marchés Plus...

Déçus de Baselworld, ils créent leur propre salon

Horlogerie La sous-traitance n’est plus la bienvenue à Bâle. Le secteur riposte avec un salon chaux-de-fonnier Plus...

Le Salon de l'horlogerie s'ouvre dans l'optimisme

Genève Le 28e SIHH, en expansion et plus connecté, a ouvert ses portes lundi à Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.