Renault et Fiat Chrysler fusionneront lundi

AutomobileDes discussions entre deux constructeurs automobiles devraient générer un nouveau leader mondial.

En fusionnant avec Fiat, Renault pourrait contraindre Volkswagen à abandonner son profil de leader mondial de la branche.

En fusionnant avec Fiat, Renault pourrait contraindre Volkswagen à abandonner son profil de leader mondial de la branche. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Gros suspense sur le marché de l’automobile: tout indique que Renault et Fiat Chrysler sont sur le point d’annoncer leur rapprochement lundi matin. A notre connaissance, les conseils d’administration des deux firmes se réunissent simultanément, à 8h.

L’hypothèse d’une fusion entre l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et le groupe italo-américain retient forcément la plus grande attention. L’opération pourrait, il est vrai, contraindre Volkswagen à abandonner son profil de leader mondial de la branche. Ce changement ne serait probablement pas perçu comme un détail par tous les dirigeants de «Das Auto».

PSA aussi en lice

Divers intérêts inciteraient la direction de Renault à tenter de convaincre celle de Fiat Chrysler. En premier lieu celui d’atteindre un poids suffisant sur le marché. La proie de l’instant cumule en outre les charmes d’un acteur européen donnant un accès appréciable au marché américain. Elle y concentre la majeure partie de ses ventes et de ses bénéfices.

Renault doit cependant redoubler d’efforts pour ne pas se laisser devancer par PSA. Le propriétaire, entre autres, de Peugeot, Citroën et Opel courtise lui aussi régulièrement le management de Fiat Chrysler. PSA peut en outre se prévaloir d’une proximité déjà plus prononcée avec l’entreprise dirigée par l’Italo-Suisse Sergio Marchionne, jusqu’à l’an dernier.

PSA et Fiat Chrysler exploitent en effet une entreprise commune, produisant des véhicules utilitaires légers. Les relations d’affaires entre Fiat Chrysler et Renault se limitent en revanche à un modeste mandat attribué au second pour la fabrication des vans, destinés au marché européen.

Un «rapprochement de grande ampleur»

Dans ses pourparlers du moment avec Fiat Chrysler, Renault aurait toutefois pris quelque avance sur PSA. Désormais ils ne se limiteraient plus aux simples conditions de partages de technologies, selon le «Financial Times». Dans le match des informations arrachées à différentes sources proches du dossier, pendant le week-end, «The Wall Street Journal» évoque même des entretiens à propos d’un «rapprochement de grande ampleur».

Le quotidien français «Les Echos» privilégie au contraire des échanges susceptibles d’aboutir à un partenariat industriel plutôt limité. Cette option aurait néanmoins le précieux avantage pour Renault de diminuer, au moins temporairement, les chances du rapprochement entre Fiat Chrysler et PSA.

Echec cuisant

La question de la fusion tenaille quoi qu’il en soit le directoire à Boulogne-Billancourt. Celui-ci a encore tenté, le mois dernier, de l’aborder avec Nissan, son partenaire depuis vingt ans exactement. Nouvel échec cuisant! Comment peut-il en être autrement? Le régime de coopération entre Renault et Nissan reste entaché d’un déséquilibre propice à des rancœurs constantes: le groupe français détient 43% du capital du constructeur automobile japonais, dont la part dans celui de son confrère hexagonal est de 15%. Mais sans droit de vote!

Des éclaircissements apparaîtront probablement lundi matin sur l’avenir des relations entre Fiat Chrysler et Renault. Les conseils d’administration des deux sociétés sont convoqués lundi matin, à 8h.

Créé: 26.05.2019, 18h29

Articles en relation

Le couperet va tomber pour l'automobile européenne

Guerre commerciale Dès ce week-end, les VW, les Fiat ou les Renault pourraient coûter un quart de plus aux États-Unis. Plus...

Comment l’Europe a permis à Dacia de renaître en Roumanie

#EU4YOU Le futur de la marque reprise par Renault est étroitement lié au respect des engagements européens de Bucarest. Plus...

Fiat-Chrysler attise toutes les convoitises françaises

Constructeurs automobiles Renault-Nissan a des visées sur son concurrent, assure le «Financial Times». Depuis le salon de Genève, on attendait plutôt Peugeot… Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.