Passer au contenu principal

IndustrieABB affiche une performance en net repli

Le groupe électrochimique zurichois a souffert au 3e trimestre de l'appréciation du dollar et de conditions de marché difficiles.

Une usine d'ABB à Satigny près de Genève.
Une usine d'ABB à Satigny près de Genève.
Keystone

Souffrant de l'appréciation du dollar et de conditions de marché difficiles, ABB affiche une performance en net repli à l'issue du 3e trimestre 2015. Le géant zurichois de l'électrotechnique, toujours en quête d'économies, a vu son bénéfice net chuter de 21% en l'espace d'un an à 577 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires s'est pour sa part inscrit à 8,52 milliards de dollars (8,38 milliards de francs), 13% de moins qu'un an auparavant, a annoncé mercredi le géant des équipements électriques et de l'automation établi à Zurich. La baisse reflète pour grande partie l'appréciation du dollar, les revenus corrigés des effets et des modifications intervenues au niveau du périmètre de consolidation n'ayant eux reculé que de 2%.

ABB note que la demande émanant des clients de ses trois principaux segments s'est révélée encore plus retenue qu'au trimestre précédent. Une attitude qui reflète les incertitudes durables prévalant au niveau macroéconomique et les nombreux défis auxquels plusieurs marchés sont confrontés.

De manière générale, les entreprises d'approvisionnement en énergie sont restées sur la réserve en matière d'investissements, même si quelques projets d'envergure ont été lancés dans le domaine du transport. ABB a aussi souffert de la baisse des prix du pétrole, celle-ci pesant sur les dépenses des clients des industries gazière et pétrolière.

Chute des grosses commandes

En revanche, ABB a pu tirer profit des besoins accrus de sa clientèle pour des solutions visant à augmenter l'efficience énergétique. Pour les secteurs des infrastructures et des transports, le groupe mentionne avoir enregistré une évolution en demi-teinte.

Dans ce contexte, les commandes se sont contractées de 22% à 8,77 milliards de dollars. A taux de change et périmètre de consolidation constants, le tassement s'est porté à 12%. L'appréciation du billet vert au regard de la période correspondante de l'an passé a pesé à hauteur de 10%.

Les commandes standard, soit celles d'un montant inférieur à 15 millions de dollars ont diminué de 14%, alors que les ordres dépassant cette somme ont plongé de près de moitié (-46%). Pour ces derniers, ABB précise cependant avoir obtenu un grand nombre de gros contrats au cours du 3e trimestre 2014.

Les commandes de base sont demeurées stables dans la division Automation des processus, alors qu'elles se sont repliées dans les cinq autres unités. Pour les ordres d'un montant plus conséquent, les divisions Produits à basse tension et Produits des techniques énergétiques ont enregistré des hausses, alors que les autres divisions ont subi des reculs.

Marge améliorée

Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (EBITA) s'est contracté de manière moins prononcée que le bénéfice net, soit de 9% à 1,08 milliard de dollars. ABB explique le phénomène, qui s'est aussi traduit par une amélioration de la marge, notamment par la mise en oeuvre de mesures de réduction des coûts et la restructuration engagées depuis l'an passé ainsi que le retour aux chiffres noirs de la division de Systèmes de techniques énergétiques.

Si ABB indique avoir entamé son nouveau programme d'économie de près d'un milliard de dollars dans le domaine du personnel administratif annoncé il y un peu plus d'un mois, le groupe ne livre, pour le moins dans son communiqué, aucun détail quant à son impact sur l'emploi. Le géant zurichois emploie plus de 140'000 salariés dans le monde, dont 6700 en Suisse.

En l'état, le flou demeure quant aux détails de ce projet aussi en ce qui concerne les activités et les pays touchés, alors que le siège principal de Zurich figure en première ligne. L'idée générale de la réorganisation consiste à mieux coller aux besoins des clients du géant industriel. ABB s'est donné 1000 jours pour y parvenir.

Ce programme coûtera quelque 1,2 milliard de dollars, soit entre 850 et 900 millions pour la restructuration et 350 millions pour la mise en oeuvre. Entre 300 et 600 millions viendront déjà charger les comptes du 4e trimestre 2015.

Bond du titre

En dépit d'une performance trimestrielle légèrement inférieure aux attentes, les investisseurs ont apparemment salué l'absence de toute mauvaise surprise. Vers 09h15 à la Bourse suisse, l'action ABB bondissait de 1,74% à 17,56 francs, dans un marché des valeurs vedettes dont l'indice Swiss Market Index lâchait lui 0,26%.

Evoquant ses perspectives, ABB fait part d'un «scénario contrasté» avec des incertitudes durables. Certains signaux macroéconomiques aux Etats-Unis demeurent cependant favorables et la croissance devrait se poursuivre en Chine, bien qu'à un niveau plus faible qu'en 2014.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.