L'action Sunrise devrait être cotée au plus tard le 6 février

TélécomsL'opérateur de télécommunications Sunrise compte parvenir à une capitalisation boursière comprise entre 2,8 milliards et 3,3 milliards de francs.

Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le numéro deux suisse des télécommunications a fixé la fourchette du prix d'émission entre 58 et 78 francs par titre. L'opération, qui vise en premier lieu à réduire l'endettement de l'opérateur zurichois, doit lui permettre de lever près de 1,35 milliard de francs.

L'émission et le premier jour de cotation de l'action de la nouvelle société holding Sunrise Communication Group, laquelle contrôlera l'opérateur établi à Zurich, sont fixés au vendredi 6 février, au plus tard, a précisé ce mardi 27 janvier ce dernier. Sa capitalisation boursière devrait alors osciller entre 2,8 et 3,3 milliards de francs, en fonction du prix d'émission.

Dans le cadre de l'offre initiale, Sunrise émettra entre 17,3 et 23,3 millions de nouvelles actions. A celles-ci viendront s'ajouter 4,3 millions de titres existants que l'actionnaire majoritaire actuel de l'opérateur, la société de participations britannique CVC Capital Partners (CVC) a décidé de céder, compte tenu de «l'engouement» affiché par les investisseurs potentiels lors des sessions d'informations.

Le syndicat de banques pilotant l'entrée en Bourse, mené par Deutsche Bank et UBS, pourra attribuer des contingents plus élevés par l'entremise d'une option de surallocation portant sur 4,1 millions de titres existants au maximum, soit 15% de l'offre initiale.

Engagement de CVC

A l'issue de l'opération, la participation de CVC, qui contrôle plus de 90% des parts de Sunrise depuis le rachat en 2010 de l'opérateur au danois TDC pour 3,3 milliards de francs après l'interdiction de fusion avec Orange par la Commission de la concurrence, passera sous la barre des 50%. Le flottant, soit les titres négociés en Bourse, atteindra entre 51,1 et 57,2% du capital-actions.

Si l'option devait être intégralement exercée, cette part se chiffrera entre 58,8 et 65,7% du capital-actions. En marge d'une présentation tenue à Zurich, le représentant de CVC, Lorne Sommerville, a précisé que la société d'outre-Manche n'envisage pas de désengagement avant plusieurs années.

A l'acquisition de Sunrise, CVC escomptait introduire la société en Bourse dans un délai de quatre ans. «Heureusement, nous y sommes parvenus», a poursuivi Lorne Sommerville. Il s'agit du bon moment, l'opérateur ayant fortement amélioré en deux ans son offre et ses services. D'ailleurs, «les chiffres parlent d'eux-mêmes».

Si la logique d'une fusion avec Orange existe toujours, aucun plan de mariage n'est prévu, selon Lorne Sommerville. Sunrise va poursuivre sur sa voie propre.

Promesses de dividende

Le patron de l'opérateur, Libor Voncina a lui souligné l'essor remarquable des données mobiles et de la convergence en Suisse. L'entrée en Bourse devrait permettre à Sunrise de tirer le meilleur profit des opportunités qui peuvent se présenter.

Mais le numéro deux suisse des télécommunications derrière Swisscom, destine en premier lieu le produit de l'entrée en Bourse à la réduction de son endettement. La dette de Sunrise devrait ainsi se contracter de 2,9 milliards de francs actuellement à 1,7 milliard.

En conséquence, les charges financières liées aux intérêts vont fortement diminuer. De 215 millions de francs par an actuellement, elles devraient à terme se fixer entre 55 à 60 millions, a ajouté le chef de finances, André Krause. Cette année, ce montant devrait se situer entre 82 et 86 millions.

L'opérateur, dont les origines remontent à l'époque de la libéralisation du marché suisse des télécommunications avec la fondation en 1996 par les CFF, UBS et Migros de la société Newtelco, promet un dividende de 135 millions de francs au titre de l'exercice 2015. A compter de 2016, les actionnaires percevront 65% des liquidités disponibles.

Impact du franc fort limité

Pour mémoire, Sunrise a réalisé lors de l'exercice 2013/2014 (clos fin septembre) un chiffre d'affaires de 2 milliards de francs. Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est inscrit à 621 millions.

Sunrise juge par ailleurs limité, voire positif, l'impact de l'actuelle appréciation du franc. Les charges de refinancement devraient se réduire, une partie de la dette libellée en euros n'étant pas couverte. De plus, la société réalise son chiffre d'affaires en Suisse.

L'opérateur, qui emploie 1850 personnes à temps plein, revendique 3,3 millions de clients pour ses services de téléphonie fixe et mobile, de connexion à Internet et de télévision via Internet. La dernière entrée en Bourse d'une entreprise de télécommunications suisse remonte à 1998 avec la privatisation partielle de Swisscom, société toujours contrôlée par la Confédération. (ats/nxp)

Créé: 27.01.2015, 07h47

Articles en relation

Sunrise a amélioré ses ventes

Télécommunications Malgré une baisse du nombre de clients, Sunrise a amélioré ses ventes au cours des neuf premiers mois de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.