Affaire HSBC: le Ministère public justifie sa position

Blanchiment d'argentLe Ministère public de la Confédération ne peut pas exploiter les données volées par un ex-employé de la banque HSBC pour ouvrir une enquête pénale pour blanchiment d'argent.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de la Confédération a justifié ce jeudi 30 avril sa position en détail dans une réponse à une interpellation du conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE).

La justice genevoise a ouvert en février une procédure pour blanchiment d'argent aggravé à l'encontre de la banque HSBC Private Bank (Suisse) SA et contre inconnus. Alors que la banque était déjà dans le collimateur de la justice de plusieurs pays européens, des médias venaient de dénoncer des pratiques d'aide à l'évasion fiscale dans le cadre d'une enquête baptisée SwissLeaks.

Ils s'étaient fondés sur des données qui avaient été volées à HSBC en 2007 par Hervé Falciani, un ancien employé de l'établissement. Le Ministère public de la Confédération (MPC) avait déjà ouvert une enquête pénale contre l'informaticien en relation avec le vol, mais il s'est intéressé à l'existence, la provenance et la nature des données, pas à leur contenu.

Soupçon insuffisant

Le fait qu'elles soient en relation avec un délit fiscal présumé au détriment de fiscs étrangers ne permet pas de fonder un soupçon suffisant pour justifier l'ouverture pénale pour d'autres infractions (inconnues), juge le parquet. Selon un arrêt du Tribunal fédéral, une recherche de preuves d'un comportement punissable au hasard et sans présomption suffisante est illicite et son résultat ne peut être utilisé devant un tribunal.

Le code de procédure pénale n'interdit pas explicitement l'utilisation de moyens de preuve fournis par des personnes privées. Mais selon la jurisprudence de Mon Repos, des moyens obtenus illégalement par des particuliers ne sont exploitables que si les autorités de poursuite pénale auraient pu les obtenir légalement et si une pesée des intérêts penche en faveur de leur exploitation.

Dans le cas présent, le MPC n'aurait pas pu obtenir lui-même les données faute de présomption suffisante contre la banque lors de leur obtention et dans la suite de l'enquête pénale. Les indices effectifs nécessaires doivent être de nature concrète.

Presse insuffisante

En règle générale, un article de presse ne suffit pas à lui seul. Le MPC a pris en compte les parutions dans les médias pour évaluer globalement la situation. Pour conclure qu'il n'existe actuellement aucune présomption suffisante pour ouvrir une procédure.

Et le parquet de défendre son indépendance. Le MPC ne se laisse pas influencer par les opinions politiques et garde ses distances par rapport aux questions d'image. Comme il l'a fait dans le cas présent aussi, il prend ses décisions sur la seule base de la législation en vigueur. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2015, 13h02

Articles en relation

HSBC Suisse veut supprimer 260 emplois sur deux ans

Banque Le personnel a été informé et une procédure de consultation a été organisée jusqu'à la mi-mai. L'essentiel des postes devrait être supprimé en 2016. Plus...

HSBC envisage de supprimer 260 postes en Suisse

Place financière La cinquième banque helvétique vise des gains d’efficacité dans ses activités. Genève sera concerné. Plus...

HSBC hésite à conserver son siège au Royaume-Uni

Finance La banque britanique HSBC se demande si elle va maintenir son siège au Royaume-Uni, où la régulation du secteur devient plus stricte. Plus...

HSBC mise en examen dans l'affaire Swissleaks

France Cette mise en examen est assortie d'une caution d'un milliard d'euros. La banque est accusée de blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illicite. Plus...

HSBC ferme les comptes des non-résidents à Jersey

Banque Marquée par le scandale «SwissLeaks», la banque britannique HSBC prend des mesures sur l'île considérée longtemps comme un paradis fiscal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.