Passer au contenu principal

EnergieAlpiq enregistre un repli au premier semestre

Mis sous pression par le faible niveau des prix de l'électricité sur les marchés de gros, Alpiq est en phase d'assainissement financier.

Le numéro un suisse de l'énergie Alpiq, en phase d'assainissement financier, a vu son bénéfice net chuter au premier semestre 2014 à 21 millions de francs, contre 115 millions un an plus tôt.

Sur le marché classique, la rentabilité des centrales hydrauliques en Suisse est toujours plus sous pression, souligne jeudi 28 août Alpiq dans son rapport semestriel. Ses propres éoliennes ont souffert de mauvaises conditions de vent dans le sud de l'Europe tandis que la douceur hivernale a fait baisser les ventes d'énergie thermique.

Au niveau opérationnel, le résultat brut EBITDA s'inscrit à 285 millions de francs, en repli de 29%. Le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est quant à lui péjoré de 37% à 162 millions, compte tenu d'une charge de restructuration de 22 millions et de correctifs de valeurs.

Dans un environnement de marché «extrêmement» difficile, où la concurrence étrangère s'est encore accrue, le chiffre d'affaires a reculé de 15% à 4,07 milliards de francs au premier semestre. Un résultat conforme aux attentes, rappelle la direction. Le volume des ventes reste néanmoins quasi inchangé sur six mois à 50'022 GWh.

Services énergétiques renforcés

Les activités opérationnelles présentent aussi une stabilité sur la période, grâce aux économies réalisées. En Suisse, la société spécialisée Alpiq InTec (AIT) affiche une nette augmentation du côté des services énergétiques dans le domaine de la technique du bâtiment.

En avril, AIT s'est renforcée dans la région bâloise en acquérant Schwarz Partner pour un prix non dévoilé. Toujours dans le cadre de sa transformation stratégique, Alpiq a repris au printemps la société Flexitricity, leader en Grande-Bretagne en matière de gestion des prestations liées au réseau.

L'activité de négoce et de distribution accuse une baisse des résultats opérationnels sur le marché suisse, après la vente en 2013 de la firme italienne Elettrica Sopra-cenerina, dont les résultats ne sont plus comptabilisés. En raison de la baisse des marges, l«activité de distribution en France s'est également tassée.

Assainissement du portefeuille

Comme déjà annoncé à la fin du premier trimestre, en raison de la dégradation des prix de gros, Alpiq escompte un repli de 30 à 40% de son résultat EBITDA annuel. Celui-ci s'était inscrit à 789 millions de francs en 2013.

La directrice générale Jasmin Staiblin envisage par ailleurs un assainissement du portefeuille dans les mois à venir, y compris la vente des affaires non rentables, a-t-elle annoncé jeudi en conférence de presse. La direction vise des économies de 100 millions de francs par an.

Alpiq entend réduire son endettement net, actuellement de 2,029 milliards, grâce au produit de la cession prévue de sa participation dans Swissgrid. Une part sera aussi investie dans les domaines de croissance de sa nouvelle stratégie.

Le groupe mise désormais sur ses activités de services énergétiques dans la technique des bâtiments et des transports notamment. Il souligne une «étape importante» avec une nouvelle solution basée sur l'intelligence artificielle pour gérer la consommation d'énergie dans les foyers.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.