Andenmatten Frères, le tôlier qui fait de la haute-couture industrielle

Les entreprises qui font les marques Avec ses équipements de pointe pour le sur-mesure, l’entreprise familiale de Romanel-sur-Morges ne connaît pas la crise

Grâce à ses presse-plieuses dernier cri de grandes capacités, la tôlerie industrielle proche de la Venoge a pu résister à la sensible baisse des marges dans son secteur

Grâce à ses presse-plieuses dernier cri de grandes capacités, la tôlerie industrielle proche de la Venoge a pu résister à la sensible baisse des marges dans son secteur Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le monde de la tôlerie industrielle n’échappe pas à la «loi du silence» qui règne chez les sous-traitants: pas question de publier les noms de certains clients les plus prestigieux d’Andenmatten Frères SA. À l’image de certains horlogers, ceux-ci vendent du luxe mais ne veulent pas qu’on sache quels autres artisans se cachent derrière le fabricant de rêve. L’entreprise installée à Romanel-sur-Morges, avec un second site à Aclens, s’en accommode de bonne grâce mais ne dissimule pas sa fierté à l’idée que son savoir-faire attire de telles marques. Le tôlier s’occupe de la conception et la fabrication industrielle de produits sur-mesure, des plus simples aux plus complexes. Certains à l’unité, notamment pour des prototypes, ou en séries, généralement limitées.

Grosses capacités

Se définissant comme l’une des cinq grosses entreprises dans ce domaine en Suisse romande, Andenmatten Frères est spécialisée dans la découpe laser et jet d’eau. Elle fournit des tôles découpées et pliées à de nombreuses entreprises de serrurerie et de construction métallique. Le secteur du bâtiment représente en effet près de la moitié de ses commandes. Par exemple: des escaliers métalliques, des plaques de barrières de balcon ou des éléments d’agencements tels que des porte-vélos dont elle façonne une série actuellement, etc. Certains éléments métalliques sont destinés à des chantiers d’importance comme la nouvelle gare de Renens.

«Nous sommes équipés pour de grosses capacités de pliage grâce à nos presses plieuses qui développent jusqu’à 320 tonnes de force et possèdent les dernières options permettant de produire des pièces complexes jusqu’à 4 mètres de long», remarque Vincent Pittaro, directeur adjoint, responsable commercial, qui a une expérience de presque vingt ans dans le domaine. Le directeur Marc Andenmatten renchérit, précisant que certains de ces équipements valent jusqu’à 1 million de francs. Naturellement, dit-il avec le sourire, la société n’en acquiert pas une chaque année mais elle veut constamment être à la pointe en la matière. De tels outils permettent également d’automatiser une partie de la production grâce à la conception 3D et à la création de programmes spécifiques à l’activité de tôlerie pour piloter ces machines.

La société a été fondée en 1950 par son grand-père, Adolf Andenmatten, arrivé du Valais, qui s’est installé à Renens. Au début, il construisait des chars et autres équipements agricoles avant de se tourner vers la serrurerie. Ernest, qui lui a succédé, et qui arpente encore les ateliers de l’usine à l’âge de 83 ans, a été l’artisan principal du développement des affaires dans le secteur du bâtiment en s’orientant dans une nouvelle stratégie grâce à l’acquisition d’une plieuse au milieu des années 80, puis du premier laser en 1991. Afin de bien occuper ces équipements, l’entreprise est devenue la tôlerie industrielle qu’elle est aujourd’hui encore, très axée sur la serrurerie.

«Nous sommes vraiment outillés pour faire de la sous-traitance», remarque Vincent Pittaro, faisant référence aux machines laser ainsi qu’à la table de découpe jet d’eau ou encore la poinçonneuse combinée au laser. L’entreprise, qui dispose d’un stock permanent de 150 tonnes de matériaux de tôlerie, acier, alu et inox, dispose également d’un atelier de soudure.

40% pour l’industrie

L’autre segment de clientèle phare, qui représente presque 40% des commandes, est l’industrie. L’entreprise de la zone industrielle du Moulin du Choc, non loin de la Venoge, fabrique différents produits finis, tels que des caissons pour des bornes de recharge de voitures électriques, des pièces pour l’entretien du matériel ferroviaire ou des pupitres de commande destinés à l’assemblage de machines. Dans son portefeuille figurent ainsi plusieurs grands noms de l’industrie des machines de Suisse romande. Le reste du chiffre d’affaires est réalisé dans l’agencement architectural, décoration et artisanat avec des produits personnalisés conçus par le bureau d’études de la maison. Andenmatten Frères compte également une filiale, Temsa SA, spécialisée dans les canaux de sol et installations électrotechniques.

Marc Andenmatten, représentant la 3e génération de l’entreprise familiale, qui a pris les rênes il y a plus de sept ans, relève que le marché suisse se distingue par une production sur mesure, très réactive et en lien étroit avec ses clients pour répondre directement à leurs besoins. Mais il s’agit d’investir en permanence pour «rester au top en matière de qualité et de rentabilité»! C’est ainsi que la direction de la tôlerie affirme rester compétitive en Suisse face à ses concurrents extérieurs et avoir pu supporter la baisse des marges entraînée par l’ouverture des marchés au début des années 2000.

Sans oublier la formation interne car, dans ce type d’activité, il est difficile de trouver les compétences requises, selon Vincent Pittaro. L’entreprise compte près de 40 employés sur ses sites de Romanel-sur-Morges et d’Aclens. L’ensemble des ateliers s’étend sur plus de 3000 m2, mais l’entreprise dispose d’une réserve de 1000 m2 pour des capacités supplémentaires. Toutefois, elle ne cherche pas à grandir à outrance, selon ses dirigeants. Elle veut être un acteur majeur dans l’univers de la tôlerie industrielle, mais en préservant une «taille humaine».

Créé: 09.09.2019, 15h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...