Passer au contenu principal

L’avenir prometteur de Ferring à Saint-Prex

Le groupe, qui fête ses 10 ans de présence dans la commune vaudoise, pourrait compter 1000 employés d’ici à 2020, contre quelque 640 actuellement.

Chaque année, ce sont des dizaines de millions de francs qui?sont investis par Ferring Pharmaceuticals à Saint-Prex pour y optimiser son site de production.
Chaque année, ce sont des dizaines de millions de francs qui?sont investis par Ferring Pharmaceuticals à Saint-Prex pour y optimiser son site de production.
Florian Cella

Cinq millions d’euros (5,5 millions de francs suisses) pour une nouvelle ligne d’emballage; 3 millions pour doubler la capacité de production du Pentasa (un traitement contre les troubles inflammatoires chroniques de l’intestin); 1 million pour une presse à comprimés flambant neuve… Chaque année, ce sont des dizaines de millions de francs qui sont investis par Ferring Pharmaceuticals à Saint-Prex pour y optimiser son site de production, voire pour y agrandir son siège mondial.

«Nous comptons bien rester»

Le groupe, qui vient de fêter ses 10 ans de présence dans la petite commune vaudoise, n’a cessé de grandir ces dernières années, tant en termes de chiffre d’affaires – 1,8 milliard d’euros en 2015 – que de nombre d’employés (6700 dans 56 pays). «Nous sommes très satisfaits de notre présence dans le canton de Vaud et comptons bien y rester», confirme Michel Pettigrew, directeur général du groupe. A demi-mot, sans vouloir donner trop de détails, ce dernier évoque un avenir proche (2020) où Saint-Prex pourrait compter quelque 1000 employés, contre près de 640 actuellement.

Sans nier l’excellent bilan que représente l’implantation de Ferring à La Côte, un doute subsiste. La dégradation des conditions-cadres en Suisse n’a-t-elle pas joué en défaveur du site de Saint-Prex ces dernières années? Sans elles, l’entreprise n’aurait-elle pas hésité plus longtemps avant d’aller dépenser quelques dizaines de millions de dollars aux Etats-Unis pour bâtir sa toute nouvelle usine au New Jersey? Au dire de son directeur général, ces aspects n’ont pas pesé sur les choix ni le calendrier de l’entreprise. «Notre développement outre-Atlantique relève en réalité d’une volonté à ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier», assure-t-il.

Les choix du groupe appartenant au Suédois Frederik Paulsen relèvent en réalité du basculement attendu de ses affaires dans le monde. Entre l’Europe et les Etats-Unis principalement. D’ici à 2020, le Vieux-Continent ne devrait plus peser que pour 28% du chiffre d’affaires (contre 57% en 2008), alors que les revenus américains devraient grimper à 35% (18% en 2008).

Réorganisation du groupe

Ces derniers mois, Ferring a du coup opéré une réorganisation complète de sa structure d’entreprise. Désormais, elle compte six entités locales, bénéficiant chacune d’une certaine autonomie. Toutes devraient d’ailleurs être pourvues de leur propre centre de développement. Un rééquilibrage entre celui de Copenhague, qui emploie actuellement quelque 500 personnes, et les Etats-Unis (150 salariés) est également prévu à moyen terme.

Concernant ses capacités de production de solutions médicamenteuses, sa stratégie a également évolué. «A l’avenir, nous produirons nos médicaments phares dans deux usines distinctes, explique François Hosotte, responsable des sites de fabrication des formes solides et de conditionnement du groupe. Un moyen d’éviter de se trouver à court en cas de problèmes, voire de paralysie d’un des sites.»

Ses installations au New Jersey serviront ainsi à produire du Menopur (médicament servant à lutter contre l’infertilité), fabriqué jusqu’ici uniquement en Allemagne. Au sujet du Pentasa, médicament produit pour le moment exclusivement à Saint-Prex, l’ouverture d’une seconde usine en République tchèque est actuellement à l’étude. Une potentielle concurrence qui ne devrait toutefois pas menacer l’usine vaudoise, qui tourne aujourd’hui à plein régime.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.