Axpo veut dépolitiser son conseil d'administration

ElectricitéLes membres de l'exécutif des cantons actionnaires ne seront plus automatiquement administrateurs.

Thomas Sieber, président du conseil d'administration d'Axpo, veut adapter l'instance.

Thomas Sieber, président du conseil d'administration d'Axpo, veut adapter l'instance.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Axpo veut dépolitiser et réduire son conseil d'administration. Dès 2018, les représentants des entreprises publiques ainsi que les politiciens exerçant une fonction à l'exécutif ne pourront plus y siéger. Le contrat entre les propriétaires actuels et le groupe énergétique alémanique sera revu en conséquence.

«L'année écoulée a été difficile, tant pour la direction que pour le conseil d'administration», a déclaré mercredi devant les médias à Zurich Thomas Sieber, président du conseil d'administration d'Axpo depuis mars. Outre la création d'une nouvelle filiale dédiée aux secteurs de croissance, l'organe d'administration a aussi approuvé sa propre transformation.

Fin des doubles mandats

«Nous avons pris une décision innovante», a dit M. Sieber. «D'ici deux ans, le conseil d'administration va s'adapter aux besoins d'une activité en forte mutation». Concrètement, trois mesures sont planifiées dans ce sens.

Les doubles mandats - à cheval entre Axpo et les entreprises cantonales - ne seront plus autorisés, afin d'éviter les conflits d'intérêts, a souligné M. Sieber. Car, contrairement à ce qui était le cas par le passé, les entreprises publiques et Axpo se font de plus en plus concurrence sur le marché.

En outre, les membres de l'exécutif des cantons actionnaires ne seront plus automatiquement administrateurs. En lieu et place, Axpo misera sur des experts de la branche. Enfin, le collège sera réduit, de 13 membres actuellement à 9, pour le rendre «plus flexible et efficace».

Contrat modernisé

En parallèle, les propriétaires (cantons et services publics cantonaux) d'Axpo Holding ont confirmé dans un communiqué conjoint leur soutien à cette réorientation. Le contrat constitutif datant de 1914 sera remplacé par une nouvelle convention d'actionnaires «moderne».

La loi sur l'approvisionnement en électricité de 2009 a changé les responsabilités, justifient les partenaires publics. Dans la nouvelle réalité de marché, l'accord original est devenu en grande partie obsolète. Les modifications prévues seront mises en oeuvre sous la houlette des cantons d'Argovie et de Zurich.

Parmi les autres cantons du nord-ouest propriétaires d'Axpo figurent les deux Appenzell, Glaris, Saint-Gall, Schaffhouse, Thurgovie et Zoug. Les entreprises électriques publiques zurichoises et argoviennes notamment en font également partie. (ats/nxp)

Créé: 21.12.2016, 13h39

Articles en relation

Axpo: perte de 1,25 milliard de francs en 2015/2016

Electricité L'année précédente, le groupe énergétique alémanique avait subi une perte nette de 900 millions. Plus...

Alpiq et Axpo pourraient demander des subventions

Suisse L'actionnaire des centrales nucléaires de Gösgen (SO) et Leibstadt (AG), Alpiq, et l'exploitant Axpo n'excluent pas une possible aide fédérale. Plus...

Axpo pourrait réclamer une fortune

Suisse Si le peuple accepte l'initiative des Verts «Sortir du nucléaire», l'exploitant demandera 4,1 milliards de francs d'indemnisation. Plus...

Se passer du nucléaire était possible, selon Axpo

Votation du 27 novembre Il y a 19 ans, une étude menée par l'exploitant qui s'appelait NOK alors, montrait que la Suisse pouvait se passer de l'atome. Le discours d'aujourd'hui est tout autre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.