Passer au contenu principal

Matériel informatiqueLogitech déçoit les marchés

Logitech a déçu les marchés, malgré un bond de son bénéfice au deuxième trimestre de son exercice 2012/2013. Le fabricant vaudois de périphériques informatiques, qui continue d'affronter des vents contraires, se montre réservé pour la suite de l'exercice.

Keystone

Le groupe a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net de 55 millions de dollars, contre un résultat de 17 millions un an auparavant, a-t-il indiqué jeudi. Le bond du profit est dû avant tout à un gain fiscal de 32 millions de dollars.

Au niveau opérationnel, le résultat d'exploitation (EBIT) a augmenté de 3% à 24 millions de dollars. Le chiffre d'affaires s'est en revanche replié de 7% à 548 millions. En excluant l'impact défavorable des taux de change, les ventes ressortent en baisse de 4%.

«Au deuxième trimestre, le marché des PC a ralenti nettement plus que prévu avant le lancement de Windows 8. Ce facteur, ainsi qu'un ralentissement général dans les marchés émergents, a eu un impact négatif sur le chiffre d'affaires», a commenté Guerrino De Luca, le patron et président du conseil d'administration de Logitech.

Les ventes au détail ont atteint 476,5 millions de dollars, soit une baisse de 5%. Toutes les régions accusent une contraction. La zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) affiche un recul de 3%, l'Amérique de 6% et l'Asie de 7%.

Action malmenée

Les ventes directes à l'industrie (OEM) ont chuté de 27%, alors que la filiale LifeSize, active dans les solutions de vidéoconférence, affiche un repli de 7%.

Les ventes de souris ont diminué de 8%, tandis que celles de produits audio et vidéo accusent une baisse de respectivement 14 et 17%. Les ventes de claviers ont par contre progressé de 20%, portées notamment par les nouveaux accessoires pour tablettes iPad.

Les investisseurs n'ont visiblement guère apprécié les chiffres trimestriels de Logitech. A la Bourse suisse, le titre du groupe vaudois lâchait en fin de matinée 7% à 7,66 francs, après avoir chuté de plus de 11% peu après l'ouverture de la séance.

Guerrino de Luca avait qualifié récemment le cours de l'action Logitech d'»horrible». Le titre n'en finit plus de dégringoler depuis début 2008 où il atteignait 40 francs.

Perspectives moroses

«Logitech a besoin de croissance pour repartir dans la bonne direction, mais cette dernière fait actuellement défaut malgré les lancements de nouveaux produits», commente la banque Vontobel.

Le groupe, qui traverse une mauvaise passe depuis plusieurs trimestres, est encore loin d'être sorti de l'ornière. Au premier trimestre, il avait essuyé une perte de 52,2 millions de dollars. Ces mauvais résultats ne sont pas restés sans conséquence sur l'emploi. En juin, le groupe avait annoncé la suppression de 450 emplois, soit 13% des effectifs hors production directe.

Les perspectives pour la suite de l'exercice sont pour le moins moroses, malgré l'arrivée des ventes de Noël. Le lancement de nouveaux produits ne suffira pas à compenser la faiblesse sur le marché des PC. Logitech prévoit ainsi une baisse du chiffre d'affaires et de résultat opérationnel au deuxième semestre.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.