Passer au contenu principal

Le bénéfice de Google plombé par l'UE

L'amende record de 2,4 milliards de dollars infligée par Bruxelles à Alphabet ne passe pas inaperçue dans les résultats trimestriels.

Image prétexte - Image d'archive.
Image prétexte - Image d'archive.
Keystone

Le géant d'Internet américain Alphabet (Google) a publié lundi un bénéfice net en forte baisse, de 27,7%, à 3,52 milliards de dollars (3,33 milliards de francs) au deuxième trimestre, plombé par l'amende infligée par l'Union européenne. Le titre a immédiatement baissé en bourse.

Le bénéfice par action, référence aux Etats-Unis, ressort à 5,01 dollars contre 4,83 dollars attendus. Sans tenir compte de l'amende, le bénéfice net est de 6,26 milliards (contre 4,9 milliards à la même période l'an dernier), soit 8,9 dollars par action, là aussi meilleur qu'attendu.

Le chiffre d'affaires est aussi meilleur que prévu, à 26 milliards de dollars, soit une croissance de 21% par rapport au deuxième trimestre de 2016.

Le titre perdait toutefois plus de 3% en bourse dans les échanges électroniques, qui suivent la clôture à New York, à 950 dollars vers 23h10 (en Suisse).

Google en verve

Les «clics» sur des publicités, qui génèrent pour Google d'importants bénéfices, ont progressé de 52% sur un an, mais le coût moyen d'un clic pour un publicitaire a toutefois baissé de 23%.

La filiale Google apporte l'essentiel des revenus d'Alphabet, avec un bénéfice d'exploitation de 7,8 milliards de dollars, contre près de 7 milliards au deuxième trimestre 2016. Le chiffre d'affaires a atteint 25,8 milliards de dollars, en hausse de 21% par rapport aux 21,3 milliards de l'an dernier.

Les paris futuristes d'Alphabet (investissements dans la santé, les voitures autonomes, l'internet par montgolfière...) ont généré un chiffre d'affaires de 248 millions (contre 185 l'an dernier), mais enregistré une perte opérationnelle de 772 millions, un peu réduite par rapport à l'an dernier (855 millions).

Amende de 2,42 milliards

Le 27 juin, Bruxelles a infligé une amende record à Google pour abus de position dominante, d'un montant de 2,42 milliards d'euros (2,67 milliards de francs), ce qui pulvérisait le record précédent: dans un cas d'abus de position dominante, l'amende la plus importante jamais prononcée par la Commission européenne s'élevait jusqu'alors à 1,06 milliard d'euros, contre le géant américain des puces informatiques Intel, en 2009.

L'exécutif européen, gardien de la concurrence dans l'UE, accuse Google d'avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne pour favoriser son comparateur de prix «Google Shopping». Dans quasiment tous les pays européens, le moteur de recherche Google détient une part de marché supérieure à 90%.

Le gouvernement français s'est déclaré lundi prêt à une transaction avec Google après avoir subi une défaite judiciaire dans sa volonté d'imposer un redressement fiscal de 1,115 milliard d'euros au géant de l'Internet.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.