Passer au contenu principal

BNP Paribas veut accroître son activité en Suisse

Sortant d'une longue crise, la filiale du groupe français a évoqué ce vendredi matin à Genève les détails de son avenir dans le pays.

Le siège de BNP Paribas (Suisse) SA à Genève.
Le siège de BNP Paribas (Suisse) SA à Genève.
Laurent Guiraud

Après trois ans de restructurations, la plus importante banque étrangère installée à Genève a l'intention d'accroître de 30% son activité d'ici à 2020 pour atteindre alors les 500 millions de revenus opérationnels a annoncé ce vendredi matin son responsable, Geoffroy Bazin, à l'occasion de la présentation du nouveau plan stratégique de BNP Paribas (Suisse) SA. Ce niveau resterait inférieur à ce qu'il fut durant les grandes heures de la filiale genevoise du groupe bancaire français, à la fin de la précédente décennie.

Grand argentier du monde des matières premières, l'antenne genevoise a subi une sévère mise au pas imposée par le siège du groupe français ces dernières années. En cause, les opérations de ses équipes au Soudan, en Iran et à Cuba au cours de la dernière décennie, qui ont valu à l'ensemble de BNP Paribas de s’attirer les foudres des Etats-Unis en 2014.

Près de la moitié des 9 milliards de dollars de sanctions imposées par Washington cette année là auront été mises à la charge de la filiale helvétique. L'arrivée de Geoffroy Bazin, un ancien de la police interne du groupe, date de cette époque. Dès la fin de 2015, le groupe pouvait annoncer que la «réduction» de ses activités liées au pétrole et aux matières premières était «largement» achevée.

Redémarrage du financement du négoce

L'antenne genevoise de BNP Paribas a également l'intention de doubler le volume de son activité au service des acteurs des matières premières. «Nous nous recentrons désormais sur les 250 sociétés importantes de la filière – compagnies de négoce ou affréteurs – et souhaitons augmenter l'encours de crédit qui leur sera alloué» a expliqué Geoffroy Bazin.

Relance de la gestion de fortune

En matière de gestion de fortune, l'autre activité historique de cette filiale installée depuis 140 ans au centre de Genève, l'objectif fixé aux équipes est d'attirer 7 milliards de dépôts supplémentaires pour voir le total des actifs confiés par la riche clientèle de BNP Paribas (Suisse) SA atteindre 32 milliards en 2020. Ceci doit passer notamment par le recrutement de 10 chargés de clientèles – «relationship managers» dans le jargon – d'ici 2020, après les 30 déjà engagés au cours de l'année 2016.

Effectifs totaux en déclin

Le plan d'économie imposée à ses bureaux helvétiques par BNP Paribas – 40 millions en moins sur quatre ans – va se traduire par une pression sur l'ensemble des coûts externes et par la diminution progressive de ses effectifs totaux, actuellement de 1400 collaborateurs. Geoffroy Bazin ne cache pas anticiper «une baisse structurelle des effectifs totaux en Suisse» les fonctions plus répétitives dites «industrielles» étant appelées à être remplacées par des postes plus qualifiés. «Notre présence en Suisse ne peut se justifier que par le maintien de postes à haute valeur ajoutée, ce qui signifie pour nous essentiellement les équipes commerciales, de fabrication des produits financiers ou de contrôle» a expliqué Geoffroy Bazin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.