Passer au contenu principal

Le Centre patronal vaudois bat en retraite devant Orllati

Un cadre avait jugé suspecte l’expansion du groupe en Suisse romande. Il a été écarté. Aujourd’hui, son directeur le désavoue publiquement.

Avni Orllati, propriétaire de l’entreprise éponyme. L’irrésistible marche en avant de son groupe continue de faire des vagues.
Avni Orllati, propriétaire de l’entreprise éponyme. L’irrésistible marche en avant de son groupe continue de faire des vagues.
Darrin Vanselow

L’irrésistible marche en avant du groupe Orllati continue de faire des vagues dans le secteur romand de la construction. Un cadre du Centre patronal vaudois vient d’être publiquement désavoué par son directeur après avoir critiqué l’expansion de la société fondée par une famille d’origine kosovare.

Le cadre en question, Jean-Luc Pirlot, était intervenu le 14 octobre dernier dans l’émission «Mise au Point» de la RTS, pour dénoncer l’insolent succès d’Orllati et sa capacité à engranger marché sur marché au détriment de ses concurrents.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.