Passer au contenu principal

Le chiffre d'affaires d'Implenia bondit à près de 10%

Le plus grand groupe helvétique de construction a encore réalisé des records pour l'année 2013. Prudente, l'entreprise appréhende les conséquences des votations du 9 février.

Pour Implenia, le vote contre l'immigration de masse entraînera une plus grande difficulté de planification.
Pour Implenia, le vote contre l'immigration de masse entraînera une plus grande difficulté de planification.
Keystone

Implenia atteint des records en 2013. Le principal groupe de construction suisse a vu son bénéfice net croître de 7,5% par rapport à 2012 pour atteindre 82,6 millions de francs. Il manifeste des inquiétudes après le "oui" à l'initiative contre l'immigration de masse.

Le chiffre d'affaires a crû de 9,2% (3,057 milliards) et la croissance est plus ou moins égale dans les affaires suisses et étrangères, précise mardi le groupe. La baisse des activités dans le secteur des tunnels explique les marges légèrement inférieures à celles de 2012.

Dans l'ensemble, les nouveaux contrats représentent 3,3 milliards (+8,8%). Et le groupe basé à Dietlikon (ZH) se réjouit du meilleur résultat de son histoire dans son unité Développement où le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) croît de 15,7% (36,5 millions).

Depuis février 2012, le leader suisse de la construction jouit d'une nouvelle structure organisée autour de six divisions sectorielles et régionales. Il se félicite de la "qualité de son carnet de commandes" avec des projets améliorés en termes de durée, de rentabilité et de diversification géographique.

La division Buildings, la plus importante, voit son résultat progresser de 19,6% grâce à son modèle d'affaires intégré. Active dans la planification et la construction de bâtiments complexes, elle a obtenu de nouveaux projets à Chiasso et à Zurich avec le "Swissmill".

Essor en Norvège

La croissance se démarque particulièrement du côté d'Implenia Norge. L'unité scandinave obtient une progression de 46,9% du chiffre d'affaires et un EBIT trois fois supérieur à celui de 2012 (10,3 millions). Des contrats d'envergure, notamment une route de liaison pour 230 millions de francs, ont consolidé la place du groupe.

Dans les activités Construction de Suisse - qui englobent les routes, le génie civil et le bâtiment régional - la bonne marche des affaires du Grand Zurich et de la Suisse romande garantissent la stabilité de l'EBIT. La production a progressé de 6,6%.

La tendance est par contre à la baisse dans le secteur Tunnelling & Civil Engineering (-42% pour le résultat opérationnel), en raison de l'achèvement de grands chantiers, tels les nouvelles liaisons ferroviaires à travers les Alpes (NLFA) au Tessin. La cessation d'activités au Moyen-Orient pèse sur les caisses, avec des ventes en recul de 12,2%.

Dividende relevé

Avec ces résultats, le conseil d'administration - dont l'ancien conseiller fédéral Moritz Leuenberger s'est retiré et dans lequel siège désormais Chantal Balet-Emery, ex-cadre d'economiesuisse - propose une hausse du dividende à 1,60 franc par action, contre 1,40 en 2012. L'assemblée générale se tiendra le 25 mars 2014.

La société née en 2006 de la fusion du genevois Zschokke et du bâlois Batigroup occupe 6435 personnes à plein temps. Elle mise sur une évolution positive pour l'exercice en cours avec un panier de commandes "bien rempli" mais n'écarte pas quelques réserves. En Suisse, l'acceptation de l'initiative "contre l'immigration de masse" du 9 février pourrait avoir des effets "à moyen terme" sur la construction et le marché immobilier, prévient le groupe. Elle entraînera notamment une plus grande difficulté de planification.

(ATS)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.