Passer au contenu principal

AlimentationChiffre d'affaires stable pour Nestlé

Le géant veveysan a affiché des ventes stables au 1er trimestre 2016.

Le siège de Nestlé à Vevey.
Le siège de Nestlé à Vevey.
Keystone

La croissance organique s'élève à 3,9% et se décompose en 3% de croissance interne réelle et 0,9% d'adaptation des prix, a indiqué jeudi Nestlé dans un communiqué. Les effets de change ont pénalisé l'évolution du chiffre d'affaires à hauteur de 2,8%.

«Comme anticipé, le premier trimestre a vu la dynamique positive de la croissance interne réelle se poursuivre, avec une adaptation des prix plus faible. Nous avons gagné des parts de marché dans la majorité de nos catégories et de nos activités», a commenté le patron de Nestlé, Paul Bulcke, cité dans le communiqué.

L'adaptation des prix a été modérée en raison de la déflation dans les marchés développés et du bas coût des matières premières, a expliqué le chef des finances François-Xavier Roger lors d'une conférence téléphonique.

Croissance dans toutes les régions

La zone des Amériques (AMS) a été la plus dynamique avec une croissance organique de 5% pour des ventes de 5,8 milliards de francs. Les activités d'aliments surgelés ont connu une bonne progression en Amérique du Nord, laquelle a enregistré une accélération de la croissance interne réelle. L'évolution en Amérique latine, en proie à une forte volatilité, a été plus contrastée.

La zone EMENA, constituée par l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a réalisé un chiffre d'affaires de 4 milliards de francs pour une croissance organique de 3,2%. Nestlé est parvenu à gagner des parts de marché, alors que les adaptations de prix sont restées faibles dans l'ensemble.

L'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Espagne et l'Italie ont été les moteurs de la croissance en Europe de l'Ouest. L'instabilité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a en revanche continué d'affecter les activités du groupe. La Turquie a toutefois délivré une croissance à deux chiffres.

Objectifs confirmés

En Asie, Océanie et Afrique subsaharienne (AOA), les recettes ont atteint 3,6 milliards de francs pour une croissance organique de 2,1%. Les nouilles Maggi ont regagné leurs parts de marché en Inde, après le scandale qui avait amené la multinationale à les retirer des rayons, mais les résultats sont restés affectés par des comparatifs défavorables.

Le numéro un mondial de l'alimentation a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année. Il table sur une croissance organique en ligne avec celle de 2015 (4,2%) et une amélioration des marges et du bénéfice récurrent par action à taux de change constants.

Indicateur privilégié par le groupe, la croissance organique exclut les effets de change, les acquisitions et les cessions. Pour rappel, le géant veveysan a manqué en 2015 son objectif à long terme de 5% à 6% de croissance organique pour la troisième année consécutive.

Analystes soulagés

Les observateurs se montrent dans l'ensemble soulagés par rapport à ce que pouvait faire craindre la retenue de la direction lors de la présentation des résultats annuels. L'action Nestlé s'affichait dans le vert jeudi matin à la Bourse suisse.

Les analystes constatent que Nestlé a peu de marge de manoeuvre en termes d'ajustement de prix. La hausse de prix au premier trimestre de 0,9% est la plus faible depuis six ans, relève Credit Suisse, rappelant que sur une base annuelle, la multinationale n'a jamais relevé ses prix de moins de 1% depuis le début du millénaire.

Les marchés chinois et indien continuent de focaliser l'attention des analystes. Si la reprise en Inde semble se dérouler plus rapidement que prévu, la situation en Chine semble plus compliquée, souligne Vontobel.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.