Passer au contenu principal

Le combat reprend contre le brevetage du vivant

La coalition «Pas de brevets sur les semences» exige la stricte interdiction du brevetage des plantes et des animaux. Rapport à l’appui, elle constate que le phénomène s’accélère.

En dépit d'une décision rendue en 2010 réaffirmant l'interdiction des brevets sur les méthodes de sélection conventionnelle, une douzaine de ces brevets ont été accordés en 2011, dénoncent les ONG.
En dépit d'une décision rendue en 2010 réaffirmant l'interdiction des brevets sur les méthodes de sélection conventionnelle, une douzaine de ces brevets ont été accordés en 2011, dénoncent les ONG.
AFP

«Il est scandaleux que des sociétés privées tirent de l’argent de certaines plantes, semences ou animaux qui n’ont souvent pas subi de modification particulière et qui font partie du bien commun de l’humanité», lance Catherine Morand, de Swissaid.

Représentant de la Déclaration de Berne, l’autre ONG suisse membre de la coalition, François Meienberg précise l’enjeu. Les brevets sur le vivant «restreignent l’accès à la diversité biologique, entravent l’innovation, réduisent le choix des agriculteurs et créent de nouvelles dépendances» pour les producteurs comme les consommateurs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.