Le Credit Suisse fixé sur son sort ce soir déjà?

Etats-UnisLe règlement du litige fiscal entre la banque helvétique et les Etats-Unis est imminent. Voici les sept questions explosives auxquelles devra répondre le Credit Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'expectative est de mise pour le Credit Suisse après les articles de la presse dominicale qui avancent qu'un règlement de son litige avec les autorités américaines pourrait tomber cette semaine déjà. Peut-être même lundi soir.

Selon diverses sources, le numéro deux de la branche bancaire en Suisse pourrait reconnaître des activités criminelles tout en plaidant sa bonne foi.

Les milieux politiques n'entendent également pas laisser respirer le Credit Suisse. Selon le journal dominical Schweiz am Sonntag, Christoph Blocher veut que la banque reconnaisse sa «lourde responsabilité» et le futur ex-conseiller national fustige les tentatives du directeur général Brady Dougan visant à sauver son poste.

Dans l'attente d'un accord qui pourrait être dévoilé lundi soir, avec à la clé une amende allant jusqu'à 2,5 milliards de dollars selon les prédictions les plus sombres, les marchés fourmillent d'interrogations.

Y aura-t-il un aveu de culpabilité comme l'exige le Department of Justice (DoJ) américain? Un véritable couperet pour la banque car certains de ses clients pourraient alors se détourner, ne voulant rien avoir à faire avec un établissement coupable.

En cas d'aveu, qui se reconnaît coupable? Les personnes impliquées verront leur carrière au sein de la banque se terminer et les organes incriminés la cessation voire la cession d'activités. Ou une restructuration à tout le moins.

Quel sera le montant de l'amende? Une seule certitude: elle sera supérieure aux 780 millions de dollars payés par UBS en 2009. Les montants évoqués vont de 1,6 à 2,5 milliards de dollars.

Qui recevra cet argent? Plusieurs organismes aux Etats-Unis poursuivent le Credit Suisse: le régulateur bancaire de l'Etat de New York, la Réserve fédérale et bien entendu le département américain de la Justice.

Qu'arrivera-t-il aux clients et à leurs données? Les autorités américaines cherchent à faire un exemple parmi les banques mais elles veulent surtout faire peur à leurs propres contribuables pour les dissuader d'entreprendre toute évasion fiscale. Tout comme elles l'ont fait avec UBS et d'autres banques suisses, elles exigent le transfert de ces données de clients afin d'identifier les fraudeurs.

Quelles seront les conséquences personnelles? Si le départ de Brady Dougan est déjà acté par beaucoup, le président du conseil d'administration Urs Rohner n'est pas à l'abri, ni même le juriste en chef Romeo Cerutti. Une restructuration des activités, et donc des licenciements, n'est pas non plus à exclure.

Qu'adviendra-t-il des 13 autres banques également dans le viseur des Etats-Unis? Elles continueront de négocier individuellement avec le DoJ mais le cas Credit Suisse leur donnera de précieuses indications pour savoir ce qui les attend.

Créé: 19.05.2014, 15h20

L'art de la communication

En Suisse, les entreprises cotées n'ont pas le droit de publier des informations boursières durant les heures d’ouverture des bourses.

Credit Suisse ne pourra donc rien annoncer entre 09h00 et 17h30 (heure suisse), mais le Departement of Justice (DoJ) peut tout à fait le faire. Il y a toutefois fort à parier que la banque aura négocié ce point pour éviter de voir son action partir en vrille en pleine séance.

Pour ce faire, Credit Suisse pourrait ainsi agender une publication vendredi soir. Ce qui lui permettrait ensuite d'amoindrir le choc auprès des marchés, des investisseurs et des actionnaires avec des interviews dans la presse dominicale.

Cette approche comporte toutefois deux risques: le premier est de laisser les marchés sur une mauvaise impression durant tout le week-end. Le second risque provient des fuites car plus un accord est censé rester sous le boisseau, plus s'accroissent les probabilités de voir son contenu fuiter et ainsi perdre l'avantage de l'annonce.

Articles en relation

Le Credit Suisse va admettre avoir agi de façon «criminelle»

Etats-Unis Dans le cadre du litige fiscal avec les Etats-Unis, le Credit Suisse devrait signer un document où il admet avoir agi de façon «criminelle». Plus...

Brady Dougan est devenu le maillon faible du Credit Suisse

Conflit fiscal Le conflit fiscal avec les Etats-Unis, avec la grosse amende qui se précise, met à l'épreuve le directeur général du Credit Suisse Brady Dougan. La sanction qui sera infligée à la banque alimente l'hypothèse d'un départ. Plus...

Le boss de Credit Suisse sur un siège éjectable?

Conflit fiscal Les rumeurs enflent autour d'un accord imminent entre le Credit Suisse et les autorités américaines. La sortie de crise pourrait coûter son siège à Brady Dougan. Plus...

Le Credit Suisse pourrait écoper d'une amende encore plus salée

Conflit fiscal Le Credit Suisse pourrait devoir payer aux autorités américaines jusqu'à 2,5 milliards de dollars (2,2 milliards de francs) d'amende pour avoir incité des contribuables américains à ouvrir des comptes non déclarés en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.