Passer au contenu principal

Credit Suisse pas surpris, UBS mécontent

Credit Suisse est la banque la plus fortement touchée par le déclassement de l'agence Moody's. Le porte-parole de la banque réagit toutefois sereinement à la nouvelle, alors que l'UBS, aussi concernée, se dit déçue.

A la Bourse suisse, l’action Credit Suisse a ouvert en baisse dans un marché des valeurs vedettes SMI lui-même en contraction de 0,58% vers 9h10.
A la Bourse suisse, l’action Credit Suisse a ouvert en baisse dans un marché des valeurs vedettes SMI lui-même en contraction de 0,58% vers 9h10.
Keystone

Credit Suisse réagit avec sérénité à l’abaissement de trois crans de sa note par l’agence américaine Moody’s. Ce développement était attendu de longue date et n’aura aucun effet, a indiqué vendredi à l’ats un porte-parole du numéro deux bancaire helvétique.

«L’annonce de Moody’s n’aura pas d’influence matérielle sur la liquidité et la planification financière de la banque», a précisé Marc Dosch. Le porte-parole de Credit Suisse insiste sur le fait que la dégradation ne constitue aucunement une surprise.

«Credit Suisse a pu maintenir longtemps sa notation. Maintenant, une adaptation a eu lieu», ajoute Marc Dosch. La banque zurichoise est la seule des quinze grands établissements touchés à avoir subi un déclassement de trois crans.

La dernière fois que Moody’s a dégradé Credit Suisse remontait à 2007. Au-delà, la banque parle d’un bon développement en lien avec les commentaires annexes fournis par l’agence de notation américaine. Celle-ci évoque une perspective stable.

De plus, Moody’s relève que Credit Suisse présente des bénéfices stables aussi bien dans la gestion de fortune que dans ses affaires en Suisse, de même qu’une liquidité saine.

A la Bourse suisse, l’action Credit Suisse a ouvert en baisse dans un marché des valeurs vedettes SMI lui-même en contraction de 0,58% vers 9h10. A la même heure, elle abandonnait 1,44% à 17,79 francs.

UBS mécontent

UBS fait part de son mécontentement après l’annonce par l’agence américaine : «Nous sommes évidemment déçus», a indiqué vendredi Dominique Scheiwiller, porte-parole du numéro un bancaire suisse.

Pour UBS, ce développement s’explique par les adaptations liées aux changements survenus en matière de régulation et sur les marchés.

Selon la porte-parole, Moody’s a toutefois mis en avant la forte dotation en fonds propres et un engagement relativement modeste dans les pays touchés par la crise de la dette dans la zone euro.

A l’instar de Credit Suisse, UBS ne s’attend à aucun effet concret de son déclassement par l’agence de notation américaine.

A la Bourse suisse, l’action UBS a ouvert en baisse, perdant jusqu’à 1,2% dans les premiers échanges, avant de se ressaisir. Vers 9h35, elle cédait encore 0,09% dans un marché des valeurs vedettes SMI en recul de 0,42%.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.