EADS ouvre une enquête interne sur la corruption

pots-de-vinDes perquisitions par les autorités de plusieurs sites d’EADS en Allemagne, en Suisse et Autriche sont prévues dans le courant du mois.


Pour l’instant, 14 personnes sont soupçonnées, dont 10 anciens et actuels employés d’EADS.

Pour l’instant, 14 personnes sont soupçonnées, dont 10 anciens et actuels employés d’EADS. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du géant de l’aéronautique EADS, Tom Enders, a demandé une enquête interne sur de possibles faits de corruption au sein du groupe, a rapporté dimanche l’hebdomadaire Der Spiegel.

M. Enders a chargé le cabinet d’avocats Clifford Chance de rechercher d’éventuels pots-de-vin versés à l’occasion de la vente en 2003 d’avions de combat Eurofighter à l’Autriche, après des perquisitions par les autorités de plusieurs sites d’EADS en Allemagne, en Suisse et Autriche dans le courant du mois.

"Je veux régler cette affaire le plus rapidement que possible", a dit mercredi M. Enders, cité par Der Spiegel, à ses proches conseillers. "Elle nuit à nos relations avec l’Autriche et avec ses forces armées, et à notre image et notre crédibilité".

L’objectif de l’enquête menée par le cabinet Clifford Chance est d’obtenir "la clarté complète dans cette affaire très complexe afin d’être en mesure de parvenir à d’éventuelles conclusions", a ajouté M. Enders, selon Der Spiegel.

A la mi-novembre, M. Enders avait déclaré prendre ces allégations de corruption "très au sérieux" et indiqué qu’EADS coopérait "pleinement avec les ministères publics dans le cadre de cette affaire".

"Cependant, nous ne tirerons aucune conclusion hâtive, ni ne communiquerons davantage d’informations avant de connaître toutes les circonstances de ce dossier", avait-il ajouté.

Une enquête sur cet achat d’Eurofighter pour environ deux milliards d’euros avait déjà été ouverte en 2007, mais elle n’avait pas débouché sur des conclusions fermes. Les procureurs viennois et munichois examinent désormais l’éventualité que des responsables d’EADS aient payé des millions d’euros via des cabinets de conseil afin de garantir les contrats de vente des avions, a affirmé Der Spiegel.

Pour l’instant, 14 personnes sont soupçonnées, dont 10 anciens et actuels employés d’EADS, selon l’hebdomadaire. (afp/nxp)

Créé: 25.11.2012, 13h15

Articles en relation

Des pièces d'Airbus seront fabriquées à Genève

Industrie Avec les commandes passées par EADS, constructeur des Airbus, à la firme Saint Jean Aero, à Plan-les-Ouates, le tissu industriel genevois s'enrichit d'un nouveau pôle aéronautique. Plus...

Des pots-de-vin auraient transité par la Suisse

Eurofighter autrichiens La piste suisse se confirme dans le scandale des pots-de-vin qu'EADS est soupçonné d'avoir versés pour l'achat d'avions de combat par l'Autriche. Un Allemand établi en Suisse et un ancien de Saab sont dans le viseur. Plus...

EADS et BAE renoncent à fusionner

Aéronautique et défense L'avionneur européen EADS et le fabricant d'armes britannique BAE Systems ont renoncé mercredi à fusionner pour créer un groupe mondial. Ils se sont heurtés au désaccord des gouvernements qui devaient l'autoriser. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.