Le fleuron de la famille Blocher résiste au franc fort

ChimieLe groupe Ems-Chemie poursuit sa croissance et voit ses revenus progresser de 4,3% depuis le début de l’année

EMS-Chemie a réagi hier à l’élection de sa CEO, Magdalena Martullo-Blocher, au parlement en annonçant le renforcement de sa direction avec l’arrivée de Markus Kremmel.

EMS-Chemie a réagi hier à l’élection de sa CEO, Magdalena Martullo-Blocher, au parlement en annonçant le renforcement de sa direction avec l’arrivée de Markus Kremmel. Image: GIAN EHRENZELLER/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme pour l’ensemble des sociétés suisses faisant des affaires hors du pays, Ems-Chemie souffre depuis plusieurs mois de la force du franc. Sur les neuf premiers mois, l’entreprise grisonne – qui compte 26 sites de production dans 16 pays et emploie près de 3000 personnes dans le monde – affiche ainsi un chiffre d’affaires en repli de 3,1% sur un an à 1,45 milliard de francs.

Au moment où Magdalena Martullo-Blocher, la patronne de ce fleuron suisse de la chimie, est élue pour aller siéger à Berne, que faut-il penser de cette «contre-performance»? Jérôme Schupp, responsable de la recherche à la banque Syz, la qualifie de «microphénomène peu grave et dont il ne faut tenir compte pour évaluer le potentiel réel d’Ems -Chemie».

Société en bonne santé

Car en réalité, l’entreprise suisse se porte bien. Avec une croissance en monnaies locales de 4,3%, cette dernière continue de grappiller des parts de marché et cela dans une période particulièrement complexe pour une entreprise de ce type. «Ems-Chemie est active dans un segment cyclique, explique Jérôme Schupp. La demande en spécialités chimiques, telles que les polymères à haute performance (utilisés notamment par l’industrie automobile), est en effet dépendante de la croissance mondiale.»

Or si cette dernière s’essouffle, ce n’est pas le cas de la société grisonne. En volume, les ventes d’Ems-Chemie se sont même accrues de 8%, dont 8,3% dans les polymères et 4,6% dans les spécialités chimiques. Plusieurs raisons sont à la source de cette bonne tenue des ventes.

D’abord, la diversification géographique du groupe permet de compenser les aléas conjoncturels qui frappent ou non certaines régions. Les contre-performances rencontrées actuellement par les économies chinoises et brésiliennes peuvent ainsi être compensées par la bonne santé américaine et cette reprise qui pointe peu à peu le bout de son nez en Europe.

A cela s’ajoute une innovation à la pointe qui permet au groupe de non seulement défendre une politique de prix élevés et dégager une rentabilité assez impressionnante (plus de 20% de bénéfice opérationnel), mais aussi d’empêcher l’arrivée sur le marché d’une concurrence low cost, chinoise notamment.

Réduire ses coûts

Enfin, le groupe poursuit une discipline budgétaire assez drastique. En juillet sa patronne annonçait dans Le Temps la mise en place d’une centaine de petites mesures afin de réduire ses coûts de quelque 3 millions de francs. «Le citron n’est jamais entièrement pressé», lançait alors Magdalena Martullo-Blocher, tout en précisant qu’il s’agit toutefois de «se garder d’une surréaction comme supprimer le maximum de coûts en francs suisses et de réduire les emplois». Mais du coup, les fondamentaux de la société suisse sont restés particulièrement solides, dont un niveau de fonds propres très élevé.

Toujours prévoyante, la société a réagi hier à l'élection de sa CEO au parlement en annonçant le renforcement de sa direction avec l’arrivée de Markus Kremmel. Ce dernier, comptable de formation, est au service d’Ems-Chemie depuis plus de trente ans.

Créé: 19.10.2015, 22h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.