Le «fleuron» Sophia Genetics s'installe à Saint-Sulpice

RechercheLeader dans la médecine basée sur les données, la jeune société quitte l'EPFL pour s'installer juste à côté.

Jurgi Camblong, cofondateur de Sophia Genetics, dans les anciens locaux de la start-up à l'EPFL.

Jurgi Camblong, cofondateur de Sophia Genetics, dans les anciens locaux de la start-up à l'EPFL.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son patron, Jurgi Camblong, parle de nouvelle ère dans le traitement de certaines maladies. Le cancer sera maîtrisé d'ici 5 à 10 ans, a-t-il déclaré jeudi lors de l'inauguration des nouveaux locaux.

Grâce aux algorithmes mis au point par Sophia Genetics, il est possible d'améliorer considérablement les diagnostics des maladies (Data Driven Medecine). Seule une analyse pertinente des données génomiques permet en effet d'interpréter les énormes quantités d'informations issues du séquençage de l'ADN, a relevé Jurgi Camblong.

Promesses
Le cancer est une maladie de l'ADN. On peut détecter très tôt et analyser des cancers dans des échantillons de sang, a expliqué Jurgi Camblong, né en 1978 à Bayonne, en France. Grâce aux nouveaux instruments en cours de développement, «le cancer sera une maladie maîtrisée d'ici 5 à 10 ans», a affirmé le directeur général de Sophia Genetics.

L'exemple peut-être le plus célèbre de ce type de processus est celui vécu par l'actrice américaine Angelina Jolie. En 2013, elle a révélé avoir subi l'ablation des seins pour prévenir un risque très élevé de cancer en raison d'un gène défectueux.

Fondée en 2011, l'entreprise a fait ses premiers pas au sein du Parc de l'innovation de l'EPFL. Avec son déplacement à quelques encablures, elle passe à la vitesse supérieure. Elle emploie aujourd'hui une quarantaine de collaborateurs experts en séquençage de nouvelle génération (NGS) et bioinformatique.

«Une révolution»
Le conseiller d'Etat Philippe Leuba s'est félicité de l'implantation de ce «fleuron européen» dans le canton de Vaud. Ce que propose Sophia Genetics est rien de moins qu'«une révolution dans le domaine de la médecine personnalisée» qui amène enfin «une lueur d'espoir» pour nombre de malades.

Vaud est «fier» des retombées positives d'une telle société sur l'image du canton. C'est aussi l'illustration de l'efficacité de la politique de soutien à l'innovation menée par le gouvernement, d'autant plus nécessaire à l'époque du franc fort, a ajouté le chef du Département de l'économie.

Forte croissance
Fin 2012, Sophia Genetics a signé son premier contrat avec les Hôpitaux universitaires genevois (HUG), a rappelé Jurgi Camblong. Aujourd'hui, l'entreprise est partenaire de 37 hôpitaux dans dix pays et traite mille échantillons de patients par mois. Depuis juin, cinq contrats sont signés par mois.

Les perspectives de développement pour 2015 sont «bonnes», a poursuivi le responsable. L'effectif devrait passer à une soixantaine d'employés pour une centaine d'hôpitaux. La concurrence est féroce sur ce marché, mais Sophia Genetics se réjouit de voir des entreprises américaines intéressées par ses compétences. Son ambition est d'atteindre voire dépasser les 20% de parts de marché.

9 février inquiétant
Seule inquiétude exprimée par Jurgi Camblong: les conséquences possibles du vote du 9 février sur l'immigration de masse. «Quand nous étions 20, il y avait 14 nationalités. Les spécialistes en bioinformatique sont partout dans le monde». Il faut pouvoir les recruter sans peine, a mis en garde le CEO. (ATS/24 heures)

Créé: 05.02.2015, 13h56

Articles en relation

Un lien entre cancer du sang et diabète mis en lumière

Etude Des anomalies chromosomiques pourraient expliquer le risque accru de cancer du sang chez des patients atteints de diabète de type 2, selon une étude franco-britannique publiée dans «Nature Genetics». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 21 mars 2019.
(Image: Bénédicte ) Plus...