Les foulards d’une jeune designer de la Riviera très en vogue

LuxeCréatrice d’accessoires de mode, Luna Ribes a franchi le seuil d’une série de boutiques chics et d’hôtels cinq étoiles

Luna Ribes porte ses créations de foulard et bijoux.

Luna Ribes porte ses créations de foulard et bijoux. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des symboles forts de divers pays dans le monde, comme les voitures et les cigares de Cuba, les poupées russes, le visage de Frida Kahlo et la fête de la mort au Mexique, une skieuse suisse, des figures parfois détournées avec humour, comme la reine d’Angleterre qui fait un clin d’œil: Luna Ribes, jeune designer de 23 ans, redessine les images fantasmées qui défilent dans sa tête pour les faire imprimer sur des foulards de soie ou de cachemire par des artisans italiens spécialisés. Grâce à ses accessoires haut de gamme, qui comprennent désormais des ceintures et des bijoux raffinés, cette créatrice de mode à l’âme d’entrepreneur, installée à Corseaux, s’est fait une place dans un réseau de boutiques de luxe qu’elle compte étendre rapidement.

«Chaque foulard représente un pays, une destination, un ressenti, un regard sur une autre culture, raconte Luna Ribes. Chaque motif a son histoire et fait l’objet d’une fabrication en petite série.» Sa première collection a été lancée il y a dix-huit mois. Elle réalise ses créations avec les techniques traditionnelles du dessin et de la peinture avant de les numériser en vue de les reproduire sur de nobles matières. La jeune femme a visité des ateliers à Côme (foulards en soie), Florence (bijoux) ou Vérone (cuir), qu’elle a découvert lors de ses études de fashion design à Milan et ses stages chez de grands noms parisiens de la mode (Chanel ou Maison Michel). Pour ses nouvelles ceintures, sur lesquelles elle a travaillé une année, elle a mis en relation le tanneur, l’artisan qui fait la boucle, le sertisseur de perles Swarovski et l’émailleur.

Sans business plan ni projections de ventes, mais en parvenant à convaincre ses clients un à un avec ses œuvres, elle s’est créé un réseau de vente haut de gamme dans la mode. La boutique de prêt-à-porter Olivier François Ausoni, à Lausanne, lui a ouvert ses rayons en premier, suivi de boutiques d’hôtels cinq étoiles à Gstaad, à Genève ou au Cap Ferrat, sur la Côte d’Azur. Elle est aussi présente au Musée de Design (MUDAC), à Lausanne. Ses foulards et voiles de soie, satin de soie et cachemire mélangé, se vendent entre 280 et 570 fr., les ceintures 470 fr., les bijoux en étain doré (sans plomb) plus de 300 fr.

«Un rêve»

Luna Ribes, qui dit «vivre un rêve», espère aujourd’hui étendre la diffusion de ses accessoires de luxe. Mais elle doit aussi gérer sa petite entreprise – qui n’a pas encore le statut de société – en fonction des capacités de production de ses partenaires artisans italiens. Car sa marque, qui joue sur son prénom d’origine catalane – comme ses parents – attire l’attention, même au-delà du marché du luxe. Elle peut compter sur son frère graphiste, qui lui a ouvert les portes de son agence de design. Mais elle réfléchit à développer son affaire en se faisant seconder par une autre personne.

Au départ, elle a mis toutes ses économies, de quelques milliers de francs, pour se lancer en indépendante. Une voie payante, car elle vit maintenant de son travail tout en réinvestissant ses bénéfices dans son activité de création et développement de nouveaux accessoires originaux. (24 heures)

Créé: 15.05.2018, 15h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.