La fragilité de Facebook se confirme déjà en Europe

WebLe premier réseau social du monde vient de perdre en Europe 1 million d’utilisateurs mensuels actifs en trois mois.

Mark Zuckerberg a beau avoir présenté des résultats en hausse pour le deuxième trimestre, les marchés ont surréagi au doute ambiant.

Mark Zuckerberg a beau avoir présenté des résultats en hausse pour le deuxième trimestre, les marchés ont surréagi au doute ambiant. Image: STEPHEN LAM/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alerte sur la Toile! Facebook ne paraît plus invincible. Plusieurs indices le démontrent. À commencer par celui-là: le premier réseau social du monde, avec plus de 2,2 milliards de membres (utilisateurs mensuels actifs) dans le monde, vient de subir un recul d’audience notoire en Europe.

Le nombre d’utilisateurs mensuels actifs est passé de 377 millions à 376 millions sur le Vieux-Continent, entre le premier et le deuxième trimestre de cette année. C’est la première fois de son histoire que la firme californienne, fondée en 2004, subit un tel revers sur un marché aussi important.

Cliquer ici pour agrandir

Rappelons en effet que la masse de membres de Facebook en Europe dépasse de plus de 50% celle, cumulée, des États-Unis et du Canada. Encore plus significatif: le rendement par utilisateur de Facebook reste presque quatre fois supérieur en Europe que dans la zone Asie/Pacifique, le plus grand marché de Facebook avec près de 900 millions d’utilisateurs.

L’émergence de nouvelles règles de sécurité des données, imposées aux entreprises collectant des données personnelles sur leurs clients, a peut-être stimulé, paradoxalement, des craintes, voire des sentiments de défiance. Sans compter les divers scandales Facebook ayant précédé l’entrée en vigueur, le 25 mai, du règlement général sur la protection des données dans toute l’Union européenne.

Doublement des effectifs

Afin de dissiper assez vite les craintes des utilisateurs, Facebook doit désormais procéder à d’énormes investissements dans la sécurité du réseau. Leur augmentation dépassera celle du chiffre d’affaires l’an prochain, a déjà prévenu le directeur financier de l’entreprise, David Wehner. Et Facebook doublera en plus ses effectifs dans la sécurité du réseau avant même la fin de cette année.

Toutes ces bonnes intentions ne sauraient toutefois mettre un terme rapidement aux doutes se répandant, dans le monde entier, au sujet de Facebook. Le plongeon historique, de près d’un cinquième, de l’action du réseau social mercredi à Wall Street en témoigne. S’agit-il d’une réaction disproportionnée sur les marchés, si l’on tient compte d’éléments probants des résultats du deuxième trimestre: un bénéfice net en hausse de 31% et un chiffre d’affaires grimpant de 42%?

«Ce fut probablement une réaction disproportionnée des marchés, estime Daniel Pellet, analyste financier chez Bordier & Cie. Le modèle d’affaires de Facebook dépend néanmoins entièrement de la publicité et le réseau semble saturé dans ce domaine.»

La direction de la société confirme elle-même ce contexte peu hospitalier. Elle enfonce en plus le clou en répétant, depuis deux ans, que ses marges diminuent et que sa croissance finira par ralentir. «D’autant plus que la croissance en nombre d’utilisateurs de Facebook provient de régions aux plus faibles chiffres d’affaires mensuels moyens par client. Cela s’avère préoccupant», estime Neil Campling, analyste chez Mirabaud Securities, à Londres.

Des GAFA si différents

Il paraît dès lors pertinent de rappeler une réalité, alors que le terme «GAFA» ne cesse de se répandre, désignant les firmes Google, Amazon, Facebook et Apple. Ces géants du Net n’ont pourtant guère de points communs, au-delà de forts liens avec la Toile. «Seuls Facebook et Google peuvent parfois justifier quelques comparaisons puisqu’ils dépendent tous deux, en grande partie, de la publicité», relève Panagiotis Spiliopoulos, analyste de Bank Vontobel AG.

Parmi les GAFA, le distributeur en ligne Amazon a vu son action gagner 4% dans la nuit de mercredi à jeudi, après la publication de résultats trimestriels portés par un chiffre d’affaires en hausse de 39% sur un an et un bénéfice net de plus de 1 milliard de dollars pour le troisième trimestre consécutif. Le 31 juillet, Apple devrait confirmer la persistance des performances réussies au deuxième trimestre.

Créé: 27.07.2018, 21h09

Articles en relation

Facebook a perdu 119 milliards en bourse

New York Embourbé dans les polémiques et pénalisé par des résultats décevants, le titre du réseau social s'est effondré à la Bourse de New York. Plus...

Avec Facebook, Google règne en maître absolu sur la pub

Technologies Constitués à 86% par la publicité, les revenus trimestriels d’Alphabet ont atteint 32,66 milliards de dollars. Plus...

De plus en plus contesté, Mark Zuckerberg doit-il démissionner?

Technologie Facebook confirme qu’il a partagé ses données avec des groupes chinois. Son PDG fait peut-être face au scandale de trop Plus...

Facebook: 583 millions de faux comptes supprimés en trois mois

Réseau et toile Opération «transparence» pour le réseau social de Mark Zuckerberg qui dévoile pour la première fois les chiffres de sa modération. Plus...

Facebook joue les cupidons, Tinder voit rouge

Réseaux et toile Mark Zuckerberg annonce le lancement prochain d'un service de rencontres amoureuses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...