Passer au contenu principal

Les fronts bougent entre syndicats et entreprises

Les trains Stadler et Unia montrent qu’il est possible de trouver des compromis.

Le syndicat Unia veut éviter que le franc fort serve d’alibi pour faire travailler à moindres frais les employés.
Le syndicat Unia veut éviter que le franc fort serve d’alibi pour faire travailler à moindres frais les employés.
KEYSTONE

Après plusieurs semaines de guerre des tranchées entre patronats et syndicats, les partenaires sociaux semblent prêts à faire un pas l’un vers l’autre et à trouver des solutions pragmatiques pour lutter contre les effets négatifs du franc fort. Preuve en est l’accord signé avant-hier entre l’entreprise suisse Stadler Rail et Unia.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.