General Electric va biffer des milliers de postes

EnergieEn difficultés, le fabricant américain de moteurs d'avions et de turbines va se recentrer sur trois activités.

General Electric cherche absolument à réduire ses coûts. La suppression de milliers d'emplois semble inévitable.

General Electric cherche absolument à réduire ses coûts. La suppression de milliers d'emplois semble inévitable. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

General Electric (GE) a annoncé lundi se recentrer sur trois activités (aéronautique, santé et énergie) et procéder à des milliers de suppressions d'emplois pour réduire ses coûts.

Le fabricant des moteurs d'avions et des turbines, dont la capitalisation boursière a fondu de plus de 100 milliards de dollars depuis janvier, va également céder ses activités dans les transports et les services d'électricité dans le cadre d'un plan de cessions d'actifs de 20 milliards de dollars (19,7 milliards de francs).

Il va, en outre, se désengager progressivement du groupe de services pétroliers américains Baker Hughes dont il détient 63% du capital. Il ne pourrait, cependant, pas le faire avant 2019, selon un accord conclu lors du rachat de Baker Hughes l'an dernier.

Suppressions d'emplois

Ces actions vont s'accompagner d'une nouvelle cure d'austérité comprenant des milliers de suppressions d'emplois, mais GE n'a pas précisé le nombre d'emplois affectés ni les régions concernées si ce n'est que la branche GE Power, qui comprend Alstom, va connaître une grande refonte pour faire face aux évolutions du marché de l'énergie.

GE prévoit également de réduire les effectifs des personnels (24'000 salariés environ) travaillant dans la recherche, dans le numérique et au siège. Le conseil d'administration n'est pas épargné: sa composition passera de 18 membres à 12 à compter d'avril 2018. La rémunération des dirigeants sera désormais liée à la performance de l'entreprise et de l'action, a insisté le PDG John Flannery, lors d'une présentation devant des investisseurs à New York.

John Flannery est devenu PDG le 1er août avec pour mission de donner un nouveau souffle à GE, qui s'est déjà séparé entre autres lors des dernières années des studios Universal, de la chaîne de télévision NBC, de ses actifs financiers et ses activités dans l'électroménager. (afp/nxp)

Créé: 13.11.2017, 15h11

Articles en relation

GE plombé par des restructurations

Energie General Electric annonce une chute de près de 10% de ses bénéfices au troisième trimestre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.