Passer au contenu principal

General Electric supprime un emploi sur quatre d’Alstom Suisse

L’industrie suisse est sous le choc: la multinationale américaine va rayer jusqu’à 1300 postes

Ces licenciements massifs s’ajoutent à 420postes transférés à l’italien Ansaldo en septembre.
Ces licenciements massifs s’ajoutent à 420postes transférés à l’italien Ansaldo en septembre.
Keystone

Après deux mois d’angoisse, les 5500 collaborateurs d’Alstom Suisse, repris par General Electric (GE) le 2 novembre – date de la finalisation de leur fusion – savent maintenant à quelle sauce ils vont être mangés. Et elle n’a pas bon goût: un employé sur quatre pourrait perdre son emploi.

La multinationale américaine a annoncé ce mercredi qu’elle allait biffer jusqu’à 1300 postes de travail répartis sur cinq des six anciens sites helvétiques de l’entreprise française, à Baden, Birr, Dättwil, Turgi et Oberentfelden, tous regroupés dans le canton d’Argovie. Neuhausen n’est pas touché par cette importante restructuration. Le sixième site d’Alstom en Suisse, dans le canton de Schaffhouse, est resté dans le giron du groupe français, actif maintenant uniquement dans les trains.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.