Passer au contenu principal

Le groupe EADS pourrait prendre le nom d'Airbus

EADS s'apprête à réorganiser une partie de ses activités dans le cadre d'un réexamen stratégique. Il pourrait à cette occasion changer de nom pour prendre celui de sa filiale Airbus.

EADS est à la recherche d'un meilleur équilibre entre les activités commerciales d'Airbus et les activités du groupe en matière de défense.
EADS est à la recherche d'un meilleur équilibre entre les activités commerciales d'Airbus et les activités du groupe en matière de défense.
Keystone

Cette nouvelle organisation sera à l'ordre du jour d'un conseil d'administration fin juillet.

EADS est à la recherche d'un meilleur équilibre entre les activités commerciales d'Airbus et les activités du groupe en matière de défense, maintenant qu'il a renoncé à son objectif à long terme d'équilibrer ces deux pôles. L'an dernier, des discussions de fusion avec le groupe de défense britannique BAE Systems avaient échoué.

«Il y aura quelques grosses annonces, mais pas nécessairement beaucoup de stratégie dans ce passage en revue. C'est plutôt en rapport avec les structures et la rentabilité», explique une personne qui suit le processus de près.

Face aux commandes d'Airbus plus importantes que prévu, les marchés font pression sur EADS pour que le groupe mette davantage en avant ses activités commerciales. Ces dernières ont permis à l'action de gagner 41% en Bourse depuis le début de l'année, après une hausse de 22% en 2012.

«EADS a réalisé qu'il est mieux perçu par les investisseurs s'il est moins présent dans la défense», résume un banquier. Airbus, qui réalise deux tiers du chiffre d'affaires d'EADS, affiche une croissance rapide. «La route vers BAE est bloquée et la route purement commerciale est trop risquée», souligne une personne au fait des discussions.

Synergie plus grande

Parmi les options étudiées figure une synergie plus grande entre les activités du groupe dans la défense et le secteur spatial, expliquent plusieurs personnes.

EADS a réalisé un chiffre d'affaires de 56,48 milliards en 2012. Les activités de défense représentent au total douze milliards d'euros, dont 2,13 milliards pour Airbus Military, qui produit l'avion de transport de troupes A400M et 5,74 milliards pour Cassidian (avion de combat Eurofighter).

Le président exécutif du groupe, Tom Enders, est partisan d'un changement de nom 13 ans après la création d'EADS (European Aeronautic Defence and Space Co), né de la fusion entre le français Aérospatiale Matra, l'allemand Dasa et l'espagnol Casa. Il semble qu'il ait le soutien du président d'Airbus Fabrice Bregier.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.