«L'horlogerie est devenue prisonnière de sa réserve d'Indiens»

InterviewDans une interview parue ce jeudi dans le quotidien Le Temps, l'ex-directeur général de l'actuel Swatch Group livre une analyse sans concessions sur l'évolution de l'horlogerie suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'industrie horlogère suisse se repose sur ses lauriers: elle reste concentrée sur «le segment du luxe avec des prix surfaits», au détriment de l'innovation dans les montres intelligentes, un créneau qu'elle laisse se développer «loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud». C'est en substance ce qu'estime Ernst Thomke, l'un des fondateurs de Swatch, dans une interview livrée ce jour au quotidien Le Temps.

Loué pour sa réorganisation du système productif de l'horlogerie suisse après la crise du quartz, l'entrepreneur ne mâche pas ses mots. Manque d'innovation. Concentration sur le segment du luxe. Délaissement du quartz. Pour Ernst Thomke, «l'horlogerie suisse est devenue prisonnière de sa réserve d'Indiens, celle du tout mécanique, du haut de gamme [...] des montres onéreuses voire inaccessibles que tout le monde veut alors que personne n'en a fondamentalement besoin».

L'argent facile

L'homme fustige aussi la qualité de ce type de produits: leur «précision est inversement proportionnelle au prix facturé». Et de conclure: «C'est tellement plus facile de gagner de l'argent sur ce segment!»

Ernst Thomke déplore aussi le délaissement du quartz, une erreur stratégique à ses yeux : «La Suisse a délaissé de manière dommageable ce segment. Sauf l'entreprise Ronda. C'est là que se font pourtant les volumes [...]»

Chinois et Japonais

Quartz ou montres connectées, le spécialiste à la retraite estime que la Suisse a laissé ce terrain-là à d'autres pays: «Les horlogers ont abandonné de manière coupable l'entrée de gamme aux Chinois. Et le moyen de gamme est désormais l'apanage des Japonais».

Quant aux montres intelligentes, il considère que notre pays manqué le coche: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud. Ces montres connectées vont être produites par Samsung, Apple et d'autres. La Suisse a complètement raté ce virage.»

Créé: 24.10.2013, 10h37

Articles en relation

«Les montres connectées ne sont pas une révolution»

Horlogerie La Suisse est-elle en train de rater le train des montres connectées, alors que les géants de l’électronique préparent tous leur modèle? Interview de Thierry Brandt, rédacteur en chef du trimestriel The Watches Magazine. Plus...

Après Samsung, voici la montre connectée suisse

IFA 2013 Dans le sillage de la Galaxy Gear de Samsung, une société genevoise présente au salon de l'électronique à Berlin sa smart watch ZeNano, compatible sur Android et iPhone. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.