Passer au contenu principal

Conflit des nouillesL'Inde réclame 98 millions de francs à Nestlé

Alors que le groupe alimentaire conteste l'interdiction de vente des nouilles instantanées de sa marque Maggi devant la Haute cour de Bombay, le gouvernement indien réclame de fortes indemnités.

Le régulateur indien (FSSAI) avait demandé à Nestlé de cesser la production et de retirer de la distribution les neuf variétés de ses nouilles instantanées de la marque Maggi, jugées «non sûres et dangereuses pour la consommation», pour cause de teneur trop élevée en plomb.
Le régulateur indien (FSSAI) avait demandé à Nestlé de cesser la production et de retirer de la distribution les neuf variétés de ses nouilles instantanées de la marque Maggi, jugées «non sûres et dangereuses pour la consommation», pour cause de teneur trop élevée en plomb.
ARCHIVES, Keystone

Le gouvernement indien a annoncé ce mercredi 12 août qu'il réclamait à Nestlé quelque 98 millions de francs de dommages et intérêts après l'interdiction par le régulateur de ses nouilles instantanées sur le territoire indien. L'aliment aurait une teneur trop élevée en plomb.

Le gouvernement a saisi la Commission nationale chargée des réparations en matière de différends liés à la consommation (NCDRC), la plus haute instance indienne pour ces questions, pour demander 6400 millions de roupies (environ 98 millions de francs) à la branche indienne du groupe, selon une annonce effectuée ce mercredi 12 août.

Le 5 juin, le régulateur indien (FSSAI) avait demandé au géant veveysan de cesser la production et de retirer de la distribution les neuf variétés de ses nouilles instantanées de la marque Maggi, jugées «non sûres et dangereuses pour la consommation», pour cause de teneur trop élevée en plomb.

«Nous avons fait valoir auprès de la Commission de la réparation les pratiques commerciales déloyales (de Nestlé) et la cour va à présent les convoquer pour entendre leurs arguments», a déclaré G. Gurcharan, secrétaire au ministère de la consommation.

Nestlé a retiré ses nouilles des rayons indiens. La multinationale rejette toutefois les accusations indiennes et continue à les vendre ailleurs.

Nestlé pas encore informé

Un porte-parole de la branche indienne de Nestlé a déclaré que le groupe n'avait pas encore été informé officiellement de la démarche du gouvernement auprès de la NCDRC, qui a le pouvoir de condamner les entreprises à des amendes.

«Nous serons en mesure de fournir une réponse circonstanciée une fois en possession des documents officiels», a précisé Himanshu Manglik. Le groupe conteste l'interdiction de vente de ses nouilles devant la Haute Cour de Bombay.

La marque Maggi est présente depuis trois décennies en Inde et comptait avant l'interdiction pour 80% du marché des nouilles instantanées. Le produit a gagné en popularité auprès d'Indiens toujours plus nombreux à quitter le domicile familial pour étudier ou chercher du travail.

ats-afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.