Des ingénieurs lancent la montre au cadran à géométrie variable

Saint-CergueLa nouvelle marque Muse Watches compte lever par un financement participatif dès cette semaine les fonds nécessaires au démarrage de sa production

Un des modèles prototypes de Muse watches

Un des modèles prototypes de Muse watches Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lancer une nouvelle marque de montres en sachant qu’aujourd’hui «on n’a plus besoin de l’affichage de l’heure» est une entreprise audacieuse. Deux ingénieurs horlogers installés à Saint-Cergue veulent pourtant relever ce défi. Frédéric Leuba et Pascal Robert viennent de démarrer une campagne de financement participatif visant à lever quelque 70 000 francs pour démarrer la production des premiers modèles Muse Watches qu’ils ont créés. Ceux-ci se distinguent par le design des cadrans, des disques de forme géométrique remplaçant les aiguilles pour indiquer le temps.

Ayant travaillé pour de grands groupes horlogers, les deux ingénieurs souhaitent «voler de leurs propres ailes» dans ce domaine qui les passionne. «Nous voulons développer le côté artistique», explique Frédéric Leuba, qui juge que dans les montres existantes, «l’affichage est toujours pareil, l’aspect poétique pas assez mis en avant».

Après plusieurs années de travail, le projet est bien avancé, explique l’entrepreneur. L’originalité de la montre, dit-il, tient à son cadran en pierre naturelle dans un boîtier en titane, allié à un mouvement historique du groupe Swatch. Chaque modèle, produit en série limitée de 100 pièces, est équipé du calibre mécanique à remontage automatique ETA 2776, produit entre 1969 et 1982. Les deux horlogers ont retravaillé plusieurs centaines de pièces récupérées chez un collectionneur.

Swiss made

Après la mise au point des prototypes, il est temps de passer à la production en série en collaboration avec des sous-traitants suisses qui leur permettent d’afficher un «vrai Swiss made».

Leur ambition est de vendre une «montre de luxe accessible» dans une gamme de prix de 1600 à 2500 francs. Pour atteindre la rentabilité, la société – à constituer – devra vendre quelque 500 pièces annuellement d’ici 2 ans. Une série de précommandes ont déjà été souscrites, selon Frédéric Leuba. La campagne de crowdfunding sur Kickstarter, qui a pris quelques jours de retard en raison de problèmes techniques, durera jusqu'au 12 avril. A ce jour, près de la moitié des 70 000 francs recherchés pour lancer la production ont été promis par des investisseurs, futurs acquéreurs. (24 heures)

Créé: 15.03.2018, 17h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...