Une jeune pousse de RH appuie les sociétés en chasse de talents

Ressources humainesForte de dix ans de pratique dans l’évaluation du personnel, SCAN-Assessment a conçu un modèle adapté aux besoins actuels.

Julie Knezevic, directrice SCAN-Assessment.

Julie Knezevic, directrice SCAN-Assessment. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un épais classeur fédéral rébarbatif d’un côté, une petite brochure attrayante de l’autre: c’est ainsi que Julie Knezevic illustre l’évolution de son travail dans le domaine des ressources humaines (RH) ces dix dernières années. Riche de sa pratique dans l’évaluation des collaborateurs ( assessment) et à la tête de la société SCAN-Assessment depuis sa fondation en 2009, la Lausannoise a planché sur de nouveaux outils appelés à répondre aux besoins actuels des entreprises.

Depuis la fin des carrières à vie dans une seule entreprise, ces besoins ont fondamentalement changé. Chez SCAN-Assessment, qui accueillait la semaine dernière un panel de spécialistes, on détermine trois tendances majeures pour l’avenir des RH: le franc fort, qui amène les sociétés à réfléchir en profondeur sur leurs ressources en personnel, l’évolution démographique avec le départ à la retraite des baby-boomers, phénomène qui amplifie la troisième tendance, la pénurie de talents.

De nouvelles méthodes

Ces préoccupations, relève Julie Knezevic, ont un fort impact sur l’activité RH. L’évaluation des personnes «sert non seulement comme aide à la décision de recrutement mais répond à de nouveaux objectifs des entreprises». Par exemple: soigner son image d’employeur ou mesurer les compétences interpersonnelles comme facteurs de prévention du mobbing ou du burnout. Mais les outils de l’assessment servent surtout à contrôler le risque lié à l’engagement ou à la promotion d’une personne, sachant qu’une erreur de casting coûte cher.

Directeur de Visilab, Roger Willhalm est venu apporter son témoignage sur la démarche pratiquée dans la chaîne d’opticiens. L’objectif principal était de trouver des talents au sein même de la société pour diriger les points de vente et anticiper les besoins futurs. SCAN-Assessment a conçu un modèle avec des critères spécifiques au commerce des lunettes.

L’idée est de «mettre le collaborateur au milieu de différents spots» pour mesurer ses capacités, à travers des entretiens, des mises en situation et un «panel psychométrique». Toutefois, observe la directrice, «il faut d’abord mettre à l’aise le candidat afin de mieux faire valoir ses compétences». Le modèle a porté ses fruits, à en croire Roger Willhalm: «Certains collaborateurs n’auraient pas passé la rampe dans un processus classique de sélection.»

Une PME en pleine croissance

SCAN-Assessment grandit vite puisqu’elle compte désormais neuf collaborateurs entre Genève, où la société a démarré, Lausanne et Neuchâtel. Elle s’occupe aussi d’accompagner des collaborateurs licenciés et vient de lancer un bilan de compétences des seniors dans un but de transmission du savoir-faire interne à sa société. Elle dénombre plus de 260 mandats à ce jour pour 622 candidats, surtout à des postes de management.

En lançant sa PME, spin-off du groupe Careerplus, Julie Knezevic voulait créer aussi un modèle d’organisation permettant à la jeune équipe de fonctionner tout en s’adaptant aux réalités de la vie familiale. «Je voulais créer une entreprise maman-compatible», dit-elle en affichant le sourire d’une manager comblée au bureau… comme au foyer. (24 heures)

Créé: 02.11.2015, 10h39

Articles en relation

Novae Restauration mitonne ses plats avec les produits du terroir

Alimentation Maxime Ballanfat, patron de l’entreprise de restauration collective vaudoise, a été primé pour sa gestion de proximité. Plus...

«Nous voulons redorer le blason de la fonction RH»

Ressources humaines La société Sharp-mania entend se distinguer dans la gestion du personnel des entreprises en transition. Sur fond de crise du secteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.