Juul menace des petits marchands de tabac suisses

DistributionLe leader américain de l’e-cigarette et sa filiale suisse accusent la marque helvétique Kartz de contrefaçon. Les distributeurs sont mis sous pression.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Juul, la firme américaine qui a popularisé la cigarette électronique auprès des jeunes, n’aime pas qu’on vienne lui faire de l’ombre sur ses terres. Le leader du marché américain de l’e-cigarette, Juul Labs Inc, et sa filiale suisse, Juul Labs Switzerland Sàrl, affirment être victimes d’abus en Suisse, liés à la marque Kartz. Celle-ci imiterait en quelque sorte ses produits. Kartz serait contrôlée par une société domiciliée dans le canton de Genève, à Carouge (voir encadré).

Pour défendre ses intérêts, Juul Labs Switzerland a mandaté l’étude d’avocats zurichoise Walder Wyss SA. La filiale suisse de Juul et ses avocats n’ont pas dirigé en priorité, à notre connaissance, leur offensive contre les détenteurs de la marque incriminée, mais contre des marchands de tabac supposés la distribuer. À l’instar du Genevois Farhad Zahedi: «J’ai proposé des cigarettes électroniques Kartz dans mon magasin l’automne dernier. Mais cela n’a pas duré plus d’un mois. Je n’en ai pas gardé plus longtemps. Ma clientèle ne montre aucun intérêt pour les cigarettes électroniques. Pas plus pour les Juul que pour les Kartz.»

Élément crucial

Le message de Juul, exprimé dans un courrier de Me Markus Frick et Me Manuel Bigler, s’avère proprement frontal: «Des produits de la marque Kartz violent les droits de la propriété intellectuelle de Juul Labs, dont ceux portant sur le design de la cartouche d’un système de vaporisation. Il est inscrit au Registre suisse des designs. Après l’inspection de modèles de Kartz Pods, notre client confirme en outre qu’ils entrent dans le champ de protection d’un de ses brevets.» Élément crucial dans ce litige: les cartouches de la marque Kartz seraient en plus compatibles avec les produits de Juul.

Les avocats de cette firme insistent sur les conséquences liées à des violations des droits de propriété intellectuelle, comme la destruction des stocks de marchandises portant la marque litigieuse. Les destinataires de la lettre des avocats de Juul sont avertis. Ils devront fournir, d’ici à la semaine prochaine, l’identité et les coordonnées de leurs fournisseurs.

En l’occurrence, il s’agit le plus souvent de la maison Posttchi, grossiste spécialisé dans les articles se vendant dans les kiosques, domicilié près de Genève Aéroport. «Nous avons débuté avec l’offre des produits Kartz dans toute la Suisse romande quelques mois avant les débuts de Juul sur le marché suisse (ndlr: en décembre 2018). Mais nous ne recevons plus de commande depuis environ deux mois. En fait, les menaces de Juul ne me paraissent pas sérieuses parce que les produits Kartz n’ont pas marché», nous a confié un administrateur de Posttchi.

Sur leur site, les promoteurs de la marque Kartz ne manquent pas pour autant d’ambition. Ils se présentent comme la première société suisse spécialisée dans la fabrication d’articles de vapotage. «Notre compagnie a été créée par des anciens ingénieurs de l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) et des designers. Leur objectif est de proposer un engin approprié aux fumeurs d’e-liquides. Notre équipe prévoit un monde où de plus en plus de fumeurs veulent trouver des alternatives aux cigarettes», indique la direction de Kartz Sàrl sur son site.

Comme les leaders

En termes de communication, les dirigeants de cette entreprise ne se distinguent donc guère des leaders du marché. «Et sur le Net, visuellement, les cartouches de cette marque frappent tout de suite par leur ressemblance avec celles de Juul. C’est évident», relève Nicolas Michel, commerçant spécialisé en cigarettes électroniques, à Lausanne. Une telle ressemblance est intolérable, tout au moins aux yeux de Juul. La multinationale californienne ne peut en effet s’accommoder de la moindre ambiguïté sur un marché, aussi modeste soit-il.

«Notre entreprise continue de se prémunir, avec la plus grande vigilance, contre les préjudices des contrefaçons. Celles-ci exposent les consommateurs à des risques résultant de défauts de qualité. Des éléments non conformes à la loi sont vendus sur la Toile ou chez des détaillants traditionnels. Ils sont fabriqués avec des composants inconnus et constituent des risques sanitaires significatifs», relève Sadi Brügger, responsable de la communication de Juul en Suisse.

Succès chez les ados

Bref, même un géant comme Juul ne veut pas de concurrent peu fiable, même si l’enjeu commercial peut paraître dérisoire. La marque Juul est certes jeune, mais c’est une success story qui se protège. Elle a vu le jour chez l’Oncle Sam en juin 2015. Ses promoteurs n’ont eu besoin que de trois ans et demi pour snober les plus grands cigarettiers outre-Atlantique, qui souffrent tous d’une sévère érosion de la demande de clopes.

Que ce soit British American Tobacco (détenteur de marques aussi connues que Lucky Strike, Barclay ou Pall Mall) ou Altria Group et sa Marlboro, les spectaculaires performances de Juul ont rapidement stimulé une tendance à la consolidation dans la branche. D’autant plus que les ventes d’e-cigarettes ont progressé de 80% aux États-Unis entre 2013 et 2018. Et Juul contrôle les trois quarts de ce marché! Son succès a fini par inquiéter les autorités sanitaires, craignant que les cigarettes électroniques ne séduisent des adolescents non-fumeurs.

Créé: 16.01.2020, 22h28

Juul et Philip Morris dominent le marché suisse

Les données précises sur le marché suisse de la cigarette électronique manquent encore. À la fin de l’année 2019, les ventes globales dans ce domaine devaient osciller entre 60 et 80 millions de francs.

Juul et Philip Morris réussiraient encore les meilleures ventes en e-cigarettes. Le marché demeure néanmoins animé par une pléthore de marques. Les parts de marché du très connu IQOS de Philip Morris resteraient elles-mêmes encore inférieures à 3%.

Petit rappel technique. L’offre en e-cigarettes se répartit en deux catégories majeures. Le vapotage classique, sans tabac, fonctionne avec un liquide contenant notamment de la nicotine et divers parfums. Chauffé, mais sans combustion, le carburant se mue en vapeur, finalement inhalée par le fumeur. Les produits de Juul appartiennent à cette catégorie.

L’autre procédé, celui de l’IQOS, chauffe le tabac, là aussi sans combustion, mais conditionné sous forme de minicigarettes.

En Suisse, le corps médical se montre nuancé sur l’e-cigarette. Si une personne ne peut ou ne veut pas arrêter de fumer, la vaporette apparaît souvent comme une alternative moins préjudiciable que la clope ordinaire.

Litige

Les produits de la marque suisse Kartz ressemblent trop à ceux de Juul, affirme le géant américain. Les cartouches Kartz seraient même compatibles avec les vaporettes Juul.

Articles en relation

E-cigarettes: New York attaque à son tour Juul

Etats-Unis Le leader américain de la cigarette électronique est visé par une nouvelle plainte pour marketing trompeur aux Etats-Unis. Plus...

L’Amérique plonge le vapotage dans la crise

Le Matin Dimanche Vent de panique après des morts non élucidées aux États-Unis. Le géant Juul est menacé, comme les boutiques suisses de la vape. Le coup de tabac ne nuirait pas forcément à «Big Tobacco». Plus...

Le leader américain de l’e-cigarette débarque en Suisse

Distribution La marque de clope électronique Juul dévoilera mardi sa stratégie et son alliance avec le distributeur Valora. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.