Lindt & Sprüngli gagne sa «guerre des oursons»

ConfiserieLindt Teddy du chocolatier suisse ne contreviendrait finalement pas aux droits de l’Ours d’or de Haribo.

Dans la guerre larvée entre Lindt et Haribo, le score est de 2 à 0 en faveur du chocolatier suisse.

Dans la guerre larvée entre Lindt et Haribo, le score est de 2 à 0 en faveur du chocolatier suisse. Image: Marius Becker

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le conflit remonte à trois ans, lorsque Haribo s’est attaqué au Lindt Teddy, cet ourson en chocolat apparu dans les étals sous la marque Lindt & Sprüngli. Le fabricant de bonbons jugeait alors que ce dernier était trop similaire au sien et violait donc sa marque déposée en Allemagne. En dédommagement, Haribo réclamait 5 millions de francs à son concurrent suisse.

Longue saga judiciaire
La saga judiciaire entamée depuis lors a connu un nouveau chapitre hier, puisque la Cour constitutionnelle allemande a cette fois donné raison à Lindt & Sprüngli. Jusqu’ici, la situation était restée relativement floue, puisque le tribunal de première instance avait d’abord estimé que l’association avec les Ours d’or d’Haribo par les consommateurs était très probable et avait donc donné raison au confiseur allemand.

Puis, en 2e instance, la Cour de Cologne donnait raison à Lindt & Sprüngli, puisqu’elle considérait cette fois qu’il n’y avait pas de ressemblance suffisante entre les marques Ours d’or et Lindt Teddy, mais au contraire une association logique avec le célèbre lapin d’or du chocolatier de Kilchberg. Désormais, si Lindt & Sprüngli attend encore les considérants des juges de Karlsruhe, le groupe relève l’importance du verdict dans la question du droit des marques.

De l’ourson au lapin
Pour mémoire, le fabricant suisse est relativement coutumier des salles de tribunal. Sa «guerre des oursons» n’est en effet qu’une saga judiciaire supplémentaire, précédant notamment sa «guerre des lapins». Il y a deux ans, le fabricant des boules Lindor avait en effet perdu une nouvelle bataille l’opposant au confiseur allemand Riegelein. Il échouait ainsi en dernière instance dans sa tentative d’empêcher ce concurrent de vendre des figures chocolatées dont il jugeait que la ressemblance pouvait créer la confusion.

Contrairement à cette affaire, dans laquelle le chocolatier zurichois a subi plusieurs revers successifs en dix ans, le combat l’opposant à l’entreprise autrichienne Hauswirth s’est soldé par un succès. Il y a trois ans, la Cour suprême de Vienne avait estimé que les lapins commercialisés par ce concurrent violaient les droits de Lindt & Sprüngli. Suite au verdict en sa défaveur, Hauswirth avait accepté d’en modifier l’aspect.

Créé: 24.09.2015, 07h46

Articles en relation

Haribo perd une manche dans la «guerre des oursons»

Procès Le chocolatier zurichois Lindt & Sprüngli a remporté la deuxième manche en appel dans la bataille judiciaire qui l'oppose depuis deux ans à Haribo. Plus...

Un tribunal favorable à Lindt & Sprüngli contre Haribo

Ourson doré La saga judiciaire entre Lindt & Sprüngli et Haribo se poursuit. Un tribunal régional allemand est favorable au fabricant de chocolat suite à un examen préliminaire. Plus...

Haribo renonce à vendre des bonbons jugés racistes

Scandinavie Le fabricant de bonbons Haribo a indiqué vendredi qu'il arrêtait la vente en Suède et au Danemark de bonbons à la réglisse que des consommateurs trouvaient racistes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.