Passer au contenu principal

Lufthansa refuse l'appel à la grève

La compagnie aérienne allemande envisage de saisir la justice après l’appel à la grève lancé pour lundi par le syndicat des services Verdi. Les négociations salariales concernent 33’000 employés.

L'appel à la grève chez Lufthansa pourrait entraîner le blocage de plusieurs aéroports allemands.
L'appel à la grève chez Lufthansa pourrait entraîner le blocage de plusieurs aéroports allemands.
AFP

Une grève dans 10 aéroports, , dont les deux principaux hubs de Francfort. C'est ce à quoi a appelé le syndicat Verdi. Sont notamment concernés Munich, Hambourg ou encore Düsseldorf. A Berlin, la grève démarrera lundi à 12h30.

Mais pour Lufthansa, au vu de l’ampleur du mouvement, «très massif», et du nombre de sites concernés, on ne peut pas parler de grève d’avertissement. «Il s’agit d’une grève totale qui va entraîner des dommages pour un montant en millions d’euros à deux chiffres», a déclaré à Claudia Lange, porte-parole de Lufthansa, dont la maison mère contrôle Swiss. «Pour cette raison, nous examinons nos options judiciaires», a-t-elle ajouté.

Echec des négociations

Dans un communiqué, Verdi a justifié la grève par l’échec des négociations menées depuis fin février. «Le refus sur lequel campent les employeurs a inquiété et contrarié les salariés. Verdi appelle donc à une grève d’avertissement toute la journée du lundi 22 avril», a-t-il expliqué dans un communiqué.

Verdi réclame une hausse de salaire de 5,2% sur douze mois pour quelque 33’000 salariés de Lufthansa en Allemagne et demande des garanties d’emploi. Or, selon le syndicat, au terme d’une troisième séance de négociations, Lufthansa n’a proposé qu’entre 0,4 et 0,6% d’augmentation sur douze mois.

Salaire réel

«Cela signifie une perte nette en termes de salaire réel pour les employés et ne peut en aucun cas être accepté», a déclaré une responsable du syndicat, Christine Behle, citée dans le communiqué.

Lufthansa affirme de son côté avoir proposé une hausse de salaire de 2,3% pour les employés de sa division Lufthansa Technik, de 2,1% pour ceux de Lufthansa Cargo et de 1,7% pour ceux de la compagnie aérienne.

En outre, la compagnie aurait proposé un paiement de 1% du revenu annuel en une fois si la compagnie réussit à atteindre son objectif de marge opérationnelle de 3% en 2014, ainsi qu’une prime unique de 400 euros, pour la période février à septembre, et de 200 euros pour les apprentis.

Date incompréhensible

«La date de la grève est incompréhensible. Nous avons programmé quatre nouvelles séances de négociations et nous avons fait cette offre mercredi», a encore déclaré Mme Lange.

La compagnie aérienne ne pouvait dire pour l’instant quelles conséquences cette grève pourrait avoir sur les vols programmés lundi. «Il est trop tôt pour parler» des annulations de vols, a déclaré Helmut Tolksdorf, un autre porte-parole.

Personnel au sol avant tout

«Nous annoncerons probablement au cours du week-end comment cette grève d’avertissement va se répercuter sur notre plan de vol», a-t-il ajouté, conseillant aux passagers ayant prévu de voyager lundi de se renseigner auprès de la compagnie. Une première grève d’avertissement fin mars avait entraîné l’annulation de quelque 700 vols sur 1800 prévus.

Les négociations concernent essentiellement les personnels au sol, mais Verdi compte aussi une minorité du personnel de cabine de Lufthansa parmi ses affiliés. La majorité du personnel de cabine est syndiqué auprès d’une autre organisation, Ufo.

Cette dernière est parvenue à un accord en novembre avec la compagnie, qui prévoit une hausse de 4,6% des salaires valable deux ans à compter de janvier 2013.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.