Passer au contenu principal

Nestlé a vu ses ventes ralentir au 1er trimestre

Le géant vaudois de l’alimentation a réalisé un chiffre d’affaires de 21,9 milliards de francs, en hausse de 5,4% sur un an. Mais la croissance organique est inférieure aux objectifs. En cause: les événements au Moyen-Orient et le printemps tardif.

Paul Bulcke, directeur général de Nestlé, ici en avril 2013 lors de l’assemblée générale du groupe.
Paul Bulcke, directeur général de Nestlé, ici en avril 2013 lors de l’assemblée générale du groupe.
Keystone

La croissance organique, qui fait état de la dynamique réelle de l’entreprise, a atteint 4,3%, alors que l’objectif est de 5% à 6%, a indiqué Nestlé jeudi dans un communiqué. Au 1er trimestre de 2012, la croissance organique se montait encore à un peu plus de 7%. Le groupe compte se reprendre au 2e semestre.

«Le début de l’année reflète la prudence que nous avons exprimée en février», déclare le patron du numéro un mondial de l’alimentation Paul Bulcke dans le communiqué. «Nous nous attendons toujours à une certaine volatilité tout au long de 2013, mais reconfirmons notre prévision à tenir nos engagements pour l’ensemble de l’année».

Action sous pression

Nestlé mise sur une amélioration du bénéfice et de la rentabilité du capital au terme de l’exercice. La performance dépasse celle du marché en Europe, des progrès sont attendus en Amérique du Nord et la dynamique devrait se renforcer dans les marchés émergents clé, estime M. Bulcke dans son commentaire.

Les investisseurs n’ont pas été réconfortés pour autant. L’action Nestlé était sous pression à la Bourse suisse. En milieu de matinée, elle perdait 1,24% à 63,50 francs, dans un marché baissier.

Mais dans l’ensemble, les analystes sont sereins. La croissance organique de Nestlé se situe entre celle de ses concurrents Danone (+5,6%, grâce notamment à la nourriture infantile) et la division arômes de Givaudan (+3,7%), relève ainsi la Banque cantonale de Zurich.

Régions et divisions en forme

Dans le détail, Nestlé a vu ses ventes progresser dans ses trois zones géographiques au cours du 1er trimestre. Avec un montant de 6,6 milliards de francs, les Amériques ont connu une croissance organique de 5,3% comparé aux trois premiers mois de 2012. L’Europe a généré un chiffre d’affaires de 3,7 milliards (+1,5%).

L’Asie, Océanie et Afrique a engrangé 4,7 milliards de francs (+4,4%), mais dans les marchés émergents, des dynamiques différentes ont été observées, avec des perturbations liées notamment aux événements au Moyen-Orient, dont la destruction d’une usine en Syrie. La Chine a à l’inverse enregistré de belles performances. La division des eaux en bouteilles, Nestlé Waters, a fait les frais de l’arrivée tardive du printemps. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard de francs, pour une croissance organique de 1,8%. La division Nutrition a progressé de 7,6% à 2,5 milliards de francs, grâce à la bonne performance de la nourriture pour les enfants.

Nespresso au ralenti

Nespresso a de son côté poursuivi son expansion géographique, selon Nestlé qui ne précise pas le chiffre d’affaires. Les nouveautés ont permis d’augmenter les résultats dans toutes les régions.

Mais les ventes ne progressent plus aussi vite que par le passé, a reconnu le directeur des relations avec les investisseurs Roddy Child-Villiers en conférence téléphonique. En cause, la concurrence accrue, notamment sur l’important marché suisse, a-t-il précisé.

Nespresso fait face à la concurrence des nouvelles capsules lancées par plusieurs distributeurs, dont Migros l’an dernier. Le chiffre d’affaires devrait toutefois connaître une augmentation de 500 millions de francs en 2013, selon M. Child-Villiers. L’an dernier, il dépassait les 4 milliards.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.