Novaccess connecte les détecteurs feu de centaines de villas à Dubaï

EconomieL’entreprise d’Y-Parc est spécialisée dans l’Internet des objets industriels, notamment pour la sécurité incendie et l’éclairage intelligent

Les appareils connectés au panneau de feu, assemblés au Locle et qui seront installés à Dubaï, sont testés à Yverdon

Les appareils connectés au panneau de feu, assemblés au Locle et qui seront installés à Dubaï, sont testés à Yverdon Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans son atelier, rue de Galilée à Y-Parc, la société Novaccess teste des dizaines d’appareils munis d’antennes, ressemblant à de simples routeurs. On en mesure l’intérêt en apprenant qu’ils vont servir à équiper les réseaux connectés de défense incendie de deux quartiers à Dubaï pour des centaines de villas!

La start-up d’Yverdon-les-Bains est spécialisée dans un secteur en pleine explosion: l’Internet des objets industriels. Elle développe des solutions techniques qui connectent des appareils et des machines aux réseaux, permettant à des opérateurs industriels ou des sociétés de services de fournir de nouvelles prestations dans de multiples domaines.

Face à des géants à Dubaï

Dans le cas de l’émirat, Novaccess a mis au point une solution inédite. «A Dubaï, le système de sécurité incendie est le plus avancé du monde, affirme Hervé Dedieu, directeur. On est présent à travers une PME locale et luttons face à des géants. Nous nous frottons à ce qui se fait de mieux dans ce domaine.» La startup vaudoise a développé un système de communication radio qui relie chaque villa, équipée d’un panneau de détection-incendie et de multiples détecteurs, au réseau central de Défense civile de Dubaï. Sur la base de multiples données, le serveur Novaccess peut cartographier l’ensemble d’un quartier résidentiel et détecter la moindre anomalie. Dans le futur, les pompiers pourront ainsi intervenir sur un sinistre avec toutes les informations en main.

L’entreprise a développé une solution complète, matérielle et logicielle. Le système a la particularité de transmettre les données de surveillance – relayées d’une maison à l’autre – grâce à une technologie radio à très basse consommation et bas débit, sans perte detemps. C’est «un réseau intelligent», explique Hervé Dedieu, car, si un lien est brisé, le système rédéfinit ses propres chemins. Pour cette fonction à Dubaï, il n’est donc pas nécessaire d’installer un réseau cellulaire haut débit très onéreux dans chaque habitat. Ce dernier étant facturé l’équivalent de 1000 francs par ménage par un opérateur. Un seul accès au réseau cellulaire haut débit suffit pour l’ensemble d’un quartier de centaines de maison. D’où l’intérêt des promoteurs immobiliers qui économisent aussi des dépenses de génie civil importantes enévitant des excavations et l’enfouissement de câbles reliant les panneaux-feu. Novaccess a reçu une commande d’appareils pour équiper quelque 600 villas!

Cette solution helvétique va également être déployée en Suède pour le compte d’une entreprise chargée du système de sécurité incendie et d’évacuation de bâtiments publics et commerciaux. Pour l’heure, la société yverdonnoise n’a pas de projets concrets en Suisse car sa technologie touche à toute une série de normes, nécessitant une lourde et coûteuse validation, explique le directeur quiest aussi professeur en Télécommunications à la HEIG-VD.

Eclairage public à Lausanne

Mais si Novaccess vit aujourd’hui en grande partie grâce à ce marché au Moyen-Orient – où ses partenaires ont investi quelque 2 millions pour le développement de cette solution –, elle s’est révélée en Suisse dans un autre registre de l’Internet des objets (IoT): un projet d’éclairage public «intelligent» à Lausanne, en partenariat avec les Services industriels (SiL), les laboratoires de recherche de la HEIG-VD et l’agence fédérale pour l’innovation, souligne Marc Sommer, responsable de la recherche et cofondateur de Novaccess.

La Ville a installé sur chaque lampadaire du chemin de Boisy un boîtier avec sa technologie de communication radio. Cette solution sera étendue à la route de Berne dès cet automne. Le système, qui mesure actuellement le trafic aux carrefours grâce à des caméras thermiques, sera couplé à terme au système d’éclairage public afin d’adapter la luminosité en fonction des flux de véhicules et donc de permettre d’importantes économies, de l’ordre de 35% en matière d’énergie. Le but est d’équiper d’ici à deux ans 1500 luminaires à Lausanne sur un total de 14 000 pour réaliser cet éclairage novateur.

La société d’Y-Parc, fondée fin 2011, est issue de l’Institut des technologies de l’information et de la communication de la HEIG-VD (IICT). Au départ, Novaccess avait développé un système d’automatisation du processus de fermentation des vins en collaboration avec l’école de Changins. Grâce à une sonde mesurant la teneur en sucre du moût de raisin, il s’agissait de suivre à distance l’état de fermentation et de contrôler le processus en se fondant sur le profil personnalisé du raisin et du vignoble. La société, qui compte réaliser un chiffre d’affaires de 2 millions de francs en 2018 – quatre fois celui prévu cette année – est formée d’une dizaine d’ingénieurs, pratiquement tous en partie propriétaires, alors que le partenaire émirati, qui a fourni l’opportunité d’affaires, détient une part minoritaire.

Chez Novaccess, qui planche sur des projets de mobilier urbain connecté, on ne craint pas l’avenir: «Nous avions anticipé le fait que l’Internet des objets allait prendre une telle dimension, remarque Hervé Dedieu. Et nous n’avons encore rien vu. Nous allons assister à une déferlante.» (24 heures)

Créé: 27.09.2017, 09h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...