Passer au contenu principal

PharmaNovartis remet à plat ses activités et signe un accord avec GSK

Novartis a annoncé lundi un vaste programme de remaniement de ses activités, grâce à des accords conclus avec le Britannique GSK et l'Américain Lilly.

Le CEO de Novartis Joseph Jimenez
Le CEO de Novartis Joseph Jimenez
Keystone

Novartis frappe un grand coup en recentrant ses activités. Le géant pharmaceutique bâlois a signé un échange d'actifs avec le britannique GlaxoSmithKline (GSK), dont il reprend les produits oncologiques et à qui il cède ses vaccins. Dans la foulée, il vend sa division de santé animale à l'américain Eli Lilly.

En abandonnant comme prévu ses activités de taille plus modeste, Novartis veut désormais se concentrer sur l'activité pharmaceutique, l'ophtalmologie et les médicaments génériques. Pour acquérir les activités oncologiques de GSK, le groupe rhénan va débourser 14,5 milliards de dollars (13 milliards de francs), a-t-il indiqué mardi.

Reprise des vaccins

S'y ajoutera jusqu'à 1,5 milliard de dollars en fonction des performances futures, notamment en matière de recherche et développement. En 2013, la division rachetée a généré des revenus de 1,6 milliard de dollars. Novartis entend ainsi renforcer sa position, déjà importante, dans les anticancéreux.

Parallèlement, GlaxoSmithKline reprend les vaccins de Novartis, sauf les antigrippaux, pour 7,1 milliards de dollars. La vente des vaccins contre la grippe fait quant à elle l'objet d'une procédure séparée, selon le communiqué. L'an dernier, la division de Novartis, antigrippaux inclus, a dégagé un chiffre d'affaires de 1,4 milliard de francs.

Pas d'incidence sur l'emploi

Novartis et GSK vont en outre créer une coentreprise spécialisée dans les médicaments sans ordonnance (OTC). Le groupe bâlois détiendra 36,5% de la nouvelle société et disposera de 4 des 7 sièges du conseil d'administration de celle-ci.

La transaction ne devrait avoir aucun effet sur les 15'000 emplois que Novartis compte dans le monde dans ce secteur, a déclaré le patron de Novartis Joe Jimenez en conférence téléphonique. Les 1500 emplois à Nyon (VD) et au siège de Bâle seront maintenus dans la coentreprise.

En janvier déjà, le groupe bâlois avait annoncé qu'il étofferait la production OTC (produits d'automédication, des médicaments liquides, crèmes et sirops, notamment dans le domaine toux et refroidissements), à Nyon.

Approbation des actionnaires

Avec des produits comme Panadol ou les dentifrices pour les gencives sensibles de GSK, la coentreprise pourra bien se positionner sur le marché. Elle devrait atteindre des ventes annuelles de 10 milliards de dollars et devenir un des leaders du secteur. En 2013, Novartis a réalisé des ventes de 2,9 milliards de dollars dans ce secteur.

Les trois opérations menées avec GSK devraient être entérinées à la fin du premier trimestre 2015. Elles nécessitent encore l'approbation des actionnaires des deux groupes et l'aval des autorités de la concurrence concernées.

Santé animale abandonnée

Par le biais d'une autre transaction, Novartis va vendre sa division de santé animale à Eli Lilly (Lilly) pour 5,4 milliards de dollars. La transaction devrait aboutir au cours du premier semestre 2015. La santé animale a rapporté 1,1 milliard de dollars au groupe bâlois l'année passée.

L'opération va renforcer et permettra de diversifier la branche santé animale de Lilly, Elanco, pour en faire la deuxième entreprise mondiale du secteur en termes de chiffre d'affaires.

La vente des activités vaccins et diagnostics, de la santé animale et OTC était en marche depuis plusieurs mois. Cette restructuration devrait faire baisser les revenus du groupe de 4 milliards de dollars cette année, a expliqué Joe Jimenez. Mais Novartis devrait renforcer sa rentabilité dans le même temps.

Pour rappel, en 2013, le géant pharmaceutique bâlois a inscrit un bénéfice net de 9,3 milliards de dollars (8,35 milliards de francs) et un chiffre d'affaires de 57,9 milliards de dollars.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.