Passer au contenu principal

PharmaNovartis se sépare de ses vaccins antigrippaux

Le groupe pharmaceutique bâlois vend son unité spécifiquement dédiée aux vaccins antigrippaux à l'australien CSL.

Après s'être séparé en avril de sa divisiion vaccins, Novartis vend son unité spécifiquement dédiée aux vaccins antigrippaux.
Après s'être séparé en avril de sa divisiion vaccins, Novartis vend son unité spécifiquement dédiée aux vaccins antigrippaux.
Archives/photo d'illustration, Keystone

La transaction entre Novartis et le groupe australien CSL, qui porte sur 275 millions de dollars (262 millions de francs), vient clore le processus de désengagement du groupe pharmaceutique bâlois de l'activité touchant aux vaccins.

L'opération, soumise à l'approbation des autorités de régulation compétentes, devrait être finalisée au cours de la deuxième moitié de l'an prochain, a indiqué Novartis dimanche soir. Elle permettra à CSL de se hisser au rang de deuxième fournisseur mondial du secteur, dans un marché estimé à quelque 4 milliards de dollars.

Le groupe australien est l'un des principaux producteurs mondiaux de plasmas sanguins, avec l'américain Baxter International, société par ailleurs présente à Neuchâtel. Il affiche plus de 40 ans d'expérience dans le secteur des vaccins antigrippaux.

L'acquéreur idéal

«Nous avons trouvé en CSL non seulement un acquéreur (...) qui partage notre engagement pour la protection de la santé publique, mais aussi une base solide de croissance pour ce secteur et pour nos associés», a commenté Joseph Jimenez, directeur général de Novartis, cité dans le communiqué.

Novartis continue ainsi son action de recentrage de ses activités. Le géant rhénan entend se concentrer désormais sur l'activité pharmaceutique, l'ophtalmologie (Alcon) et les médicaments génériques (Sandoz).

En avril, Novartis avait déjà vendu sa division des vaccins pour 7,1 milliards de dollars lors d'un échange d'actifs avec le britannique GlaxoSmithKline (GSK). Cette cession ne comprenait pas les vaccins antigrippaux. Novartis avait alors repris les produits oncologiques de GSK.

Dans le rouge

Les activités de vaccins, incluant la division des produits contre la grippe, ont permis à Novartis de réaliser l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,4 milliard de dollars. Mais cette unité ne s'est pas révélée lucrative, puisqu'elle a été la seule à se révéler déficitaire.

La vente des vaccins contre la grippe ne figurera pas dans les comptes ordinaires de Novartis. Le traitement séparé impliquera un amortissement immédiat sur la valeur comptable du segment de 1,1 milliard de dollars avant impôts. La correction, sans effet sur les liquidités, n'influencera pas non plus les résultats de base.

Novartis prévoit que la vente des autres vaccins à GSK (sans les activités liées à la grippe) lui permettra de réaliser un bénéfice opérationnel «substantiel» et également sans effet sur les liquidités. Il pourra ainsi «plus que compenser» l'amortissement sur la vente des activités de vaccins contre la grippe.

CSL déjà présent en Suisse

Le groupe CSL est présent dans plus de 27 pays et emploie plus de 13'000 collaborateurs. Il est actif en Suisse via sa filiale CSL Behring, avec notamment 1250 emplois à Berne qui travaillent dans le domaine des produits d'immunoglobulines.

En mai dernier, CSL a annoncé la construction d'une nouvelle unité de production à Longeau (BE), une localité sise à côté de Granges (SO). L'implantation, dédiée à la fabrication de produits pour la coagulation sanguine, permettra la création d'au moins 300 emplois.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.