Pascal Gentinetta au coeur des tempêtes

EconomiesuisseEntré en 1999 chez Economiesuisse puis nommé directeur en 2007, Pascal Gentinetta aura managé l'organisation faîtière pendant d'importantes tempêtes. Retour sur les succès et les échecs du futur ex-directeur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En quatorze années au sein d'Economiesuisse, Pascal Gentinetta aura connu de nombreux défis. Entré comme membre du comité de direction en 1999, il a pris les rênes en 2007, relevant immédiatement une série de challenges.

Le premier n'aura pas été le moindre: dès ses débuts, Pascal Gentinetta participe à finaliser le mariage de l’Union suisse du commerce et de l’industrie (Vorort) et de la Société pour le développement de l’économie suisse (SDES), donnant naissance à Economiesuisse en septembre 2000.

Polyglotte et à l'aise dans les medias

Dans un premier temps, la figure de ce Valaisan à l'aise dans les médias, maniant avec facilité la langue allemande, pouvant se targuer d'une expérience dans le domaine bancaire ainsi que dans le commerce, fait mouche: plusieurs centaines d'entreprises rejoignent le lobby du patronat.

Les véritables ennuis débutent peu après son arrivée à la direction en 2007: les banques suisses sont attaquées, d'abord aux Etats-Unis puis dans d'autres pays de l'OCDE. En lien avec Swiss Banking (membre d'Economiesuisse), Pascal Gentinetta monte au créneau et défend le secteur.

La pression est mise sur la Confédération pour supprimer le secret bancaire. Pascal Gentinetta prend clairement position dans cette vidéo de 2010 contre cette mesure, qualifiant le secret bancaire d'avantage compétitif.

Les rémunérations patronales: cassure majeure

Mais la crise de 2008-2009 semble toucher Economiesuisse au plus profond. Tandis que les notions de rigueur et de sobriété ressortent dans les efforts demandés à tous, l'attitude de certains patrons quant à leurs rémunérations choque l'opinion publique: les affaires Marcel Ospel et Daniel Vasella provoquent une cassure que Pascal Gentiletta ne mesure sans doute pas totalement.

C'est ainsi que, lorsque Thomas Minder se lance dans sa croisade pour réguler les bonus des grands patrons, Pascal Gentinetta et Economiesuisse se retrouvent dépassés. Du refus brutal de toute concession un temps envisagé, Economiesuisse se ravise et, face aux enquêtes d'opinion qui montrent la popularité de l'initiative Minder, soutient une alternative édulcorée.

La TVA et les restaurateurs

Mais le raz-de-marée populaire le 3 mars ébranle sérieusement la faîtière, qui avait investi 8 millions de francs dans la campagne. Et cet échec s'inscrit dans un contexte devenu difficile.

Depuis plusieurs mois, les restaurateurs et Economiesuisse s'affrontent sur les taux de TVA dans la restauration: le patronat refuse de soutenir la demande des premiers sur un taux plus favorable. Et les deux organisations se sont affrontées sur ce sujet à plusieurs reprises.

Le départ des horlogers

Autre front: l'horlogerie. La volonté des manufactures horlogères de voir des critères exigeants pour le label Swiss made se heurte à une vision moins contraignante du côté d'autres branches de l'économie. Et voilà que, fin février 2013, les horlogers annoncent leur futur départ d'Economiesuisse.

«Les membres du conseil de la Fédération horlogère suisse (FHS) ont pris cette décision, car ils ne sont pas satisfaits des prestations et de la position d’Economiesuisse dans le dossier Swissness. En ne soutenant pas la proposition du Conseil fédéral pour les produits industriels, fixant à 60% le taux minimal de valeur suisse dans un produit suisse, economiesuisse non seulement fait obstacle au renforcement de la protection de ce label, mais encore favorise l’affaiblissement du label par rapport à la situation actuelle», estime la FHS présidée par Jean-Daniel Pasche.

«Plus de crédibilité», selon Nicolas Hayek

Secteur emblématique de l'économie helvétique, le départ de l'horlogerie constitue un choc pour Economiesuisse.

«Il lui faut plus d'oxygène, de la passion, du leadership, des patrons, des gens qui peuvent s'exprimer. Elle n'a plus de crédibilité», s'exclame Nicolas Hayek, patron de Swatch Group en parlant d'Economiesuisse, lors de la conférence de presse de bilan du géant horloger biennois.

Horlogers et restaurateurs, soit le luxe et le tourisme: Pascal Gentinetta a réussi à se mettre à dos deux secteurs cruciaux de l'économie helvétique. Pas les plus grands pourvoyeurs d'emplois. Mais deux branches dont l'image et le prestige sont essentiels pour le dynamisme suisse.

Direction par interim, candidatures à la présidence

Ces conflits ainsi, sans doute, que l'usure du temps auront eu raison de la résistance de Pascal Gentinetta, peu à peu lâché par ses lieutenants au sein d'Economiesuisse. Au point de devoir annoncer mercredi matin sa démission avec effet immédiat. Dans les mois qui viennent, Economiesuisse pourrait voir son orientation stratégique changer.

L'actuel chef économiste d'Economiesuisse, le professeur Rudolf Minsch, prend la direction par intérim. Pour la présidence, de laquelle Rudolf Wehrli a également démissionné en même temps que Pascal Gentinetta, une commission va examiner les candidatures.

Créé: 19.06.2013, 15h57

Articles en relation

Pascal Gentinetta quitte Economiesuisse

Patronat Le directeur d'Economiesuisse, Pascal Gentinetta, quitte l'association faîtière des entrepreneurs suisses. Le départ du Valaisan est la conséquence de divergences de vue sur les grandes lignes futures de l’action de l'organisation. Plus...

Rudolf Wehrli sur le départ chez Economiesuisse?

Rumeurs Les rumeurs de départ se font pressantes autour de Rudolf Wehrli, le président d'Economiesuisse, qui ne les confirme, ni ne les dément. La déroute subie avec l'initiative Minder pourrait provoquer un coup de balai. Plus...

Patrons contre restaurateurs sur le taux de TVA

Suisse Le parlement débat d'une éventuelle révision des taux de TVA. Le débat oppose economiesuisse à GastroSuisse sur le maintien de taux différenciés (notamment pour la restauration) ou le passage à un taux unique. Plus...

Karin Keller-Sutter rejoint Economiesuisse

Politique La conseillère aux Etats saint-galloise Karin Keller-Sutter devient une des femmes les plus influentes de Suisse en allant siéger à la présidence de l'association patronale Economiesuisse. Plus...

Economiesuisse fait son autocritique après la votation

Initiative Minder Dans un communiqué diffusé mardi, economiesuisse indique vouloir collaborer «de manière constructive à la mise en oeuvre aussi fidèle et praticable que possible» de l'initiative contre les rémunérations abusives approuvée par le peuple. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.