Passer au contenu principal

Le personnel de Swiss veut plus d'informations

Les délégués suisses n'ont toujours pas reçu de détails sur la restructuration en cours chez Lufthansa, contrairement à leurs collègues allemands et autrichiens.

Les représentants du personnel de Swiss ne peuvent pas assister aux rencontres européennes du groupe dans un cercle baptisé «Euro-Info».
Les représentants du personnel de Swiss ne peuvent pas assister aux rencontres européennes du groupe dans un cercle baptisé «Euro-Info».
Keystone

Lufthansa, la maison-mère de la compagnie aérienne Swiss, connaît l'une des plus importantes restructurations de son histoire. Le personnel suisse se plaint toutefois de n'être que tardivement informé des changements. Selon Swiss, les partenaires sociaux sont pourtant informés sur une base trimestrielle par la direction.

Comme l'écrivent la SonntagsZeitunget le Matin Dimanche, les représentants allemands du personnel ont été informés début février des détails de la réorganisation en cours. Mi-février, c'était au tour des représentants autrichiens d'être mis au courant. Les délégués suisses n'auraient pour leur part reçu aucune information à ce jour.

Des critiques quant au traitement des partenaires sociaux suisses ont notamment été émises dans les médias par un porte-parole du syndicat de pilotes Aeropers, par le président du syndicat du personnel de cabine Kapers et par le président du syndicat du personnel au sol SEV-GATA.

Ceux-ci se plaignent entre autres du fait que les représentants du personnel de Swiss ne peuvent pas assister aux rencontres européennes du groupe dans un cercle baptisé «Euro-Info». Fondée en 2011, cette structure remplit chez Lufthansa la fonction d'un comité d'entreprise européen. La prochaine réunion doit se tenir fin mars.

Swiss réfute

Selon Swiss, les sujets discutés actuellement relèvent des règles de participation européennes et allemandes. Les syndicats de la compagnie helvétique sont en outre étroitement liés à ceux affiliés à Lufthansa, a indiqué à l'ats un porte-parole de Swiss.

Ce dernier a expliqué que pour la compagnie helvétique, un comité d'entreprise européen n'entre pas en ligne de compte en raison des différentes règles de participation légales en fonction du pays et des conventions collectives de travail (CCT).

Le porte-parole a également assuré que les partenaires sociaux étaient reçus une fois par trimestre par l'ensemble de la direction de Swiss, pour leur transmettre et discuter d'informations de première main. Si les employés de Swiss devaient être touchés au niveau de la CCT par la réorganisation, les droits de participation habituels, fixés dans la même CCT, s'appliqueraient alors.

Le groupe allemand Lufthansa est engagé dans son plus vaste plan de restructuration depuis deux décennies, qui doit lui permettre d'économiser 500 millions d'euros. Celui-ci passe par la suppression de 3500 postes au total et un renouvellement de sa flotte au profit d'appareils plus grands et moins gourmands en kérosène.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.