Passer au contenu principal

AéronautiquePilatus n'augmentera pas ses effectifs malgré le PC-24

Le groupe, qui emploie désormais près de 2000 personnes, redoute une baisse des ventes l'année prochaine. Il n'accepte plus de commandes pour le PC-24, qui devrait être livré en 2017 après une longue phase de tests.

Le moment est historique: pour la première fois depuis 50 ans, un avion à réaction suisse prend l'air. Le PC-24 a décollé de  l'aérodrome de Buochs (NW). (Lundi 11 mai 2015)
Le moment est historique: pour la première fois depuis 50 ans, un avion à réaction suisse prend l'air. Le PC-24 a décollé de l'aérodrome de Buochs (NW). (Lundi 11 mai 2015)
Urs Flüeler, Keystone
Il est 10 heures: le PC-24 s'arrache à la piste. (Lundi 11 mai 2015)
Il est 10 heures: le PC-24 s'arrache à la piste. (Lundi 11 mai 2015)
Urs Flüeler, Keystone
Urs Flüeler, Keystone
1 / 7

L'avionneur nidwaldien Pilatus ne prévoit pas d'augmenter ses effectifs malgré la production en cours de son nouveau joyau, le biréacteur d'affaires PC-24. Le président du conseil d'administration Oscar Schwenk n'est pas trop préoccupé par le franc fort.

Pilatus emploie désormais près de 2000 personnes, après une hausse des collaborateurs de 116 à 1850 l'an dernier. «Les effectifs ne devraient pas augmenter. C'est terminé», a indiqué Oscar Schwenk dans un entretien paru dans Schweiz am Sonntag.

L'entreprise réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires annuel d'environ 1 milliard de francs. Une baisse des ventes se dessine toutefois l'an prochain, prévient le président du conseil d'administration de Pilatus dans l'hebdomadaire Zentralschweiz am Sonntag.

Dépendance au PC-12

Pilatus dépend de ses avions d'entraînement et de son appareil PC-12. «Nous avons encore besoin de deux grosses commandes, qui ne sont pas assurées», explique Oscar Schwenk dans Schweiz am Sonntag. L'entreprise a cependant une stratégie claire et conserve son personnel même en cas de baisse de la demande, affirme-t-il.

Reste que le président de Pilatus se montre confiant d'atteindre ses objectifs sur cinq ans, malgré le franc fort. «Nous vivons depuis longtemps avec les fluctuations de devises. Lorsque nous avons planifié le PC-12, le dollar se situait à 2,70 francs», souligne-t-il dans Zentralschweiz am Sonntag. Le billet vert se négocie actuellement aux alentours de 90 centimes.

L'impact du franc fort risque de se faire sentir ultérieurement. Les commandes pour le PC-24 ont été prises avant l'abandon du taux plancher de l'euro, fait remarquer le président de Pilatus.

Aléas monétaires

Le problème est que dans la foulée de nombreuses autres monnaies ont perdu du terrain, comme le dollar australien, relève Oscar Schwenk. L'Australie est un marché important pour le groupe. Un appel d'offres est actuellement en cours pour remplacer les PC-9 de l'armée australienne.

Pilatus n'accepte provisoirement plus de commandes pour le PC-24, qui devrait être livré en 2017 après une longue phase de tests. La société, qui dispose de 84 commandes pour cet appareil, pourrait en vendre davantage, mais préfère se concentrer sur les vols d'essais.

Les réserves de travail vont jusqu'à 2020. Pilatus lancera ensuite une deuxième série sur le marché. Le PC-24 pourrait également intéresser des gouvernements et des organisations internationales comme l'Unicef et l'OMS, car c'est un appareil qui peut voler rapidement ou lentement et qui peut aussi atterrir sur le sable ou le gravier, note Oscar Schwenk.

ats/smk

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.